Der Freischütz

Critiques presse
  • Télérama

    Pour diriger l'opéra phare du romantisme, le chef Myung-whun Chung a passé un pacte diabolique avec la partition. Il est magistral, inquiétant, coloriste, secondé par un choeur irréprochable et un méphistophélique Kaspar.