L'architecture du vertige

Doc. Cinéma, France, 2014, 51 min

Maître de l'artifice et du trompe-l'oeil, Alfred Hitchcock ne se contente pas du réel ; le cinéma-vérité ne l'intéresse pas. Ce constat posé, Benjamin Clavel répertorie les monuments phares dont s'est emparé le réalisateur, les élevant au rang d'icônes cinématographiques : le mont Rushmore, la cathédrale Saint-Paul, la mission San Juan Bautista, la statue de la Liberté, le Golden Gate Bridge.

Critiques presse
  • Télérama

    Maisons inquiétantes, grands espaces anxiogènes, monuments historiques cadrés différemment... Hitchcock, très influencé par l'expressionnisme allemand, construisait ses films comme un architecte. Analyse et exemples pertinents mais cruel manque d'extraits !

  • Télécâble Sat

    Une étude intéressante du rôle de l'architecture dans le cinéma, et de l'usage qu'en faisait Hitchcock.