Les 10 stars du tournoi

Posté par My CANAL le 6 Juin 2019

Amandine Henry (France). La capitaine de l'équipe de France rêve de soulever le trophée de la Coupe du monde dans son pays et dans son stade. Celui de l'Olympique Lyonnais, club dans lequel elle est revenu cette saison après une saison aux Etats-Unis, à Portland, et un bref passage au PSG. Vainqueure de 10 championnats de France, elle a remporté 4 Ligue des Champions, ainsi que 5 Coupes de France. Un palmarès impressionnant auquel il faut ajouter un titre de championne des Etats-Unis. 

 

Wendie Renard (France). A 28 ans, Wendie Renard est déjà une légende du football français. Défenseur droit de l'Olympique Lyonnais et de l'équipe de France, elle a remporté 12 championnats de France et 5 Ligue des Champions. Elle a fini 7e au classement du premier Ballon d'Or Féminin. Considérée par beaucoup comme le meilleur défenseur du monde, elle est également adroite devant le but, avec près de 0,25 but par match. Remporter la Coupe du Monde avec l'équipe de France couronnerait une carrière hors du commun.

Marta (Brésil). Considérée comme la meilleure joueuse de tous les temps, l'attaquante et capitaine du Brésil est comparée dans son pays à Pelé ou Ronaldo. Elue six fois meilleure joueuse de la FIFA, elle n'a toutefois rien remporté avec sa sélection nationale, finissant deux fois médaille d'argent aux Jeux Olympiques et finaliste de la Coupe du monde 2007. A 33 ans, elle aura une dernière occasion de réparer cette anomalie. 

Megan Rapinoe (Etats-Unis). A 33 ans, la joueuse du Seattle Reign FC, championne de France 2013 et 2014 avec l'Olympique Lyonnais, jouera sûrement sa dernière Coupe du Monde. Elle aura a coeur de conserver le titre acquis en 2015 avec ses coéquipières de la sélection nationale. Championne olympique en 2012 avec les Etats-Unis, ce milieu gauche créatif est la créatrice de l'équipe, et reste l'une des joueuses les plus intéressantes à regarder jouer.

Dzsenifer Marozsan (Allemagne). Arrivée troisième de la première élection du Ballon d'Or féminin, la joueuse de l'Olympique Lyonnais est considérée comme l'un des meilleurs milieux de terrain au monde. Meilleure joueuse du championnat de France en 2017, elle ambitionne de compléter son palmarès avec l'Allemagne, après avoir remporté les Jeux Olympiques 2016 et l'Euro 2013. Avec Lyon, elle a remporté deux Ligues des Champions, deux championnats de France et une Coupe de France

Samantha Kerr (Australie). L'attaquante des Red Stars de Chicago est déjà, à seulement 25 ans, la meilleure buteuse de l'histoire du championnat américain, créé il est vrai en 2013 seulement. Arrivée 5e au classement du premier Ballon d'Or féminin, cette machine à marquer de buts espère emmener sa sélection vers le titre suprême. Son nom est évoqué du côté du PSG.

Christine Sinclair (Canada). Considérée comme l'une des meilleures joueuses de tous les temps, l'attaquante du Portland Thorns FC jouera sûrement, à 36 ans, sa dernière grande compétition internationale. Elle pourrait définitivement entrer dans la légende en devenant la meilleure buteuse en sélection de l'histoire du football féminin, puisqu'il ne lui restait fin décembre que 7 buts à inscrire pour égaler l'Américaine Abby Wambach (184 buts avec les Etats-Unis), désormais à la retraite. 

Alex Morgan (Etats-Unis). L'ancienne Lyonnaise, qui évolue désormais aux Orlando Pride, peut être considérée comme la première star planétaire du football féminin. Elle est d'ailleurs devenue en 2015 la première joueuse à figurer sur la couverture du jeu FIFA (FIFA 16). Championne olympique en 2012, elle avait emmené les Etats-Unis vers le titre mondial en 2015, marquant un but et donnant une passe décisive en finale. 

Lieke Martens (Pays-Bas). A 26 ans, Lieke Martens est l'une des nouvelles stars du football féminin. La joueuse du FC Barcelone a emmené en 2017 sa sélection jusqu'au titre de Championnes d'Europe, finissant meilleure joueuse du tournoi et soulier de bronze avec trois buts inscrits.

Saki Kumagai (Japon). A seulement 20 ans, elle avait marqué le tir au but qui avait permis à sa sélection de remporter la Coupe du Monde 2011, en finale contre les Etats-Unis. Evoluant désormais à l'Olympique Lyonnais, Saki Kumagai, qui peut évoluer en défense ou comme milieu défensif, s'est classée 12e au palmarès du premier Ballon d'Or féminin. Elle constituera le principal atout d'une sélection japonaise qui fera figure de favorite de la compétition avec les Etats-Unis, l'Allemagne et la France.