Years And Years : L'interview de Russell T Davies, créateur de la série

Posté par Alizee Guigliarelli le 15 Mai 2019
Russell T Davies, c'est le producteur et scénariste de génie à l'origine de Queer As Folk, ou encore du renouveau de Doctor Who. Il est de retour avec une série qui a attiré déjà beaucoup d'éloges : Years And Years, une série amère mais douce, qui nous fait voir ce que sera le monde dans 15 ans à travers les yeux d'une petite famille soudée et touchante, la famille Lyons.

Cela fait plus de 10 ans que vous vouliez écrire cette série. Pourquoi maintenant ?

Davies : Cela fait très longtemps que j'ai cette idée en tête, mais ces dernières années, c'est le monde qui a perdu la tête. Je veux dire, le monde a l'air malade, soit on est plus politisé que jamais, soit on méprise complètement la politique. Et, je pense, la politique signifiait l'économie pour beaucoup de gens par le passé, mais aujourd'hui il y a aussi une question d'identité. Donc je devais écrire cette série rapidement, avant que quelqu'un d'autre ne le fasse ! Et on la diffuse aussi vite que possible, avant que ce que l'on y raconte n'arrive en vrai !

Pour vous, était-ce important de baser cette histoire autour d'une famille ?

Davies : C'est au cœur de tout. Cela reste une série, donc le public la regarde pour ses personnages, pour retrouver des acteurs qu'ils aiment. On veut les voir tomber amoureux, on veut voir des parents et des enfants survivre à tout ce qui leur arrive, on veut voir des amitiés qui s'étalent sur des décennies. On peut parler de ce qu'il y a de politique derrière Years And Years, mais c'est pour les personnages que l'on regarde.

A quels défis faisiez-vous face lors de l'écriture de chaque épisode de Years And Years ?

Davies : A chaque épisode, l'on avance d'un an, donc pour un auteur cela pose quelques problèmes. On ne peut pas toujours laisser un énorme suspense à la fin d'un épisode, car la prochaine scène se passera un an plus tard ! Mais le fait d'avancer de quelques années, c'est quelque chose qui devient de plus en plus populaire dans les séries modernes, et grâce au streaming et au binge-watching, c'est quelque chose que l'on connaît tous bien. Ce que l'on veut montrer avec cette série, c'est que pour une famille, en un an pas grand-chose ne change.

Vous dites ne pas vouloir prédire le futur avec cette série, mais qu'est-ce que vous préférez dans ce que vous avez pu écrire sur notre société dans 15 ans ?

Davies : Ce que je préfère existe déjà : ce sont les groupes Whatsapp, surtout les groupes de famille. Cela change toute la vie de famille, juste devant mes yeux. J'ai des nièces et de neveux qui ont entre 21 et 29 ans, et même si je les aime beaucoup, il y a quelques années je ne leur envoyais un message que deux fois par an, pour Noël et pour leur anniversaire. Mais nous avons créé un groupe de famille, et désormais on s'échange 20 ou 30 messages tous les soirs. La technologie nous a rapproché. Et je montre ça avec la famille Lyons ; ils sont très proches, parce qu'ils se parlent constamment. Et cela fait partie du drame familial, je peux vous garantir que certaines de ces conversations de groupe sont vraiment choquantes !

Il y a des moments très drôles ou touchants dans cette série. Pourquoi est-ce que c'est un aspect si important de la série ?

Davies : Je ne peux pas écrire plus de 6 lignes sans y mettre une blague. Cela fait partie du tout, c'est comme ça que je parle aussi, je suis programmé pour trouver des blagues, partout. Ma mère était pareille. Sa blague préférée était d'aller à un enterrement et de dire à quelqu'un « J'étais persuadée d'avoir été au tien ». C'est comme ça que j'écris. et je pense que c'est très humain, je pense que l'on rit pour survivre, pour faire face, pour aimer. Et je voulais que Years And Years soit une série chaleureuse, pleine d'espoir. Des choses terribles arrivent aux Lyons, mais ils s'aiment et trouvent des moyens de survivre.

Pensez-vous que l'on est proche du monde que vous avez créé ?

Davies : Je peux vous garantir que le monde réel sera toujours plus étrange, plus fou, plus sombre, mais j'espère meilleur que ce que l'on peut prévoir.

Selon-vous, qu'est-ce qui marquera le plus le public de cette série ?

Davies : Les personnages. Les gens. J'espère avoir pu transmettre une vision de la société, de la politique et de la technologie, mais ce n'est rien face à de bons personnages. J'espère que c'est cela que l'on retiendra ; la vie avec les Lyons.

Years And Years est à retrouver sur myCANAL