Éric Judor et Quentin Dupieux, une histoire qui envoie du Steak

Dans les films barrés de Quentin Dupieux, Éric Judor a révélé une facette qu'on ne lui connaissait pas, et qu'on retrouve dans Platane.

Dans la saison 1 de Platane, Éric cherche un réalisateur. Ses collègues lui suggèrent Quentin Dupieux. Le « producteur » n’est pas convaincu.

« Ouais… On a beaucoup d’humains dans notre scénar’. Il filme des pneus maintenant, c’est un peu risqué. »
 

Une vanne qui fait référence au film culte Rubber (2010), l’OVNI dans lequel un pneu nommé Robert se lance dans une sanglante équipée sous le soleil californien.

D’autant plus drôle quand on connaît les liens entre Éric Judor et Quentin Dupieux. Le réalisateur (qui n’est autre que l’artiste electro Mr. Oizo) travaille depuis longtemps avec Éric et Ramzy, rencontrés grâce à Michel Gondry.

« C’est un mec qui nous a réappris à marcher tout seuls. On avait commencé à se fourvoyer, et il nous a tendu la main et relevés », dit Éric Judor à son propos.
 

Dès son deuxième film, Steak (2007), Éric et Ramzy, fans du précédent, Nonfilm, et de la liberté sans limites de Dupieux, tiennent les rôles principaux.

Dans ce long-métrage également devenu culte, Éric et Ramzy évoluent dans un futur où tout le monde est refait, et rêvent de faire partie de la bande des ados cool, les « Chivers ».

On trouve là tout l’univers loufoque de Dupieux, servi par l’interprétation fantaisiste du duo, comme un poisson dans l’eau. 
 

Éric Judor reviendra dans le film suivant, le toujours absurde, arty et léché Wrong, dans lequel, aux États-Unis, il interprète un jardinier à l’accent frenchy.

Ici, on s’éloigne de la comédie pour entrer dans un autre registre, aux portes du surréalisme, main dans la main avec David Lynch. Bref, pas nécessairement là où on attendait Éric Judor. 
 

Il récidive l'année suivante avec Wrong Cops, pas moins barré, incarnant aux côtés de Marilyn Manson un flic difforme de Los Angeles, se rêvant beatmaker star (« Même une pub pour tampons ne voudrait pas de ton morceau », lui balance un collègue), dont tous les coéquipiers sont déviants : obsédés sexuels, pourris, psychopathes… 
 

Cette extravagance de tous les instants, dans laquelle Judor peut s’en donner à cœur joie, nourrira dès lors son jeu, son écriture, et sans doute sa réalisation (Problemos…).

L’influence de Quentin Dupieux se ressent dans Platane, dans la succession de gags absurdes nourris au nonsense british cher au réalisateur du Daim comme dans les personnages secondaires pittoresques.

Et aussi dans les punchlines, qui parsèment l’œuvre de Dupieux et dont Platane ne manque pas non plus.
 

Platane, saison 3, Création Originale, prochainement sur CANAL+. Les saisons 1 et 2 sont déjà disponibles en intégralité sur myCANAL.