Louise Bourgoin, l’interne qui va électriser « Hippocrate »
Sans elle, le service de médecine interne s’écroulerait. Elle, c’est Chloé Antovska, une des héroïnes de la très attendue série « Hippocrate », incarnée par Louise Bourgoin, qu’on retrouve pour la première fois dans une série. Et dont on découvre une nouvelle facette de jeu, à travers un rôle puissant et complexe.
Posté par Création Originale

Cette étudiante en quatrième année de médecine un brin arrogante porte seule sur ses épaules tout le poids du service de médecine interne d’un hôpital de banlieue parisienne, après qu’un virus potentiellement contagieux a été détecté et que les médecins titulaires ont été mis en quarantaine. Avec toutes les lourdes responsabilités qui incombent aux internes…

Très vite, elle prend les choses en main, réorganise le service, dirige étudiants et infirmiers d’une main de fer, avec une autorité naturelle qui force le respect. 
 

Elle est dure avec tout le monde, à commencer par ses collègues – le légiste appelé en renfort Arben Bascha, incarné par Karim Leklou, et les deux jeunes étudiants perdus Alyson Lévêque (Alice Belaïdi) et Hugo Wagner (Zacharie Chasseriaud) –, mais sait leur faire confiance. Face à elle, ils n’ont pas vraiment envie de se la ramener…
 

En médecin rassurante, elle ne perd jamais son sang-froid, même dans les situations les plus délicates. Gardant son professionnalisme en toute circonstance, que ce soit face à des patients « relous », qui convulsent, ou à des collègues qui font n’importe quoi… Intraitable, elle n’est pas non plus du genre à se laisser marcher sur les pieds.

Excellente interne, bosseuse infatigable, ambitieuse, consciencieuse, passionnée par son travail, elle ne compte pas ses heures et ne s’épargne pas, malgré la fatigue. « J’étais jeune maman au début du tournage, mon fils ne faisait pas ses nuits, ce qui me donne l’air automatiquement fatigué ! » a expliqué l’actrice. 
 

Armée d’une volonté de fer, son but est de devenir réanimatrice. Elle a toutes les qualités pour. Atteinte d’une malformation cardiaque congénitale, elle est déterminée à ne pas se montrer diminuée, quitte à mettre sa santé en danger. « Je crois que son expérience difficile l’a endurcie », avance son interprète. Un personnage de femme forte qui dévoile ses failles au fur et à mesure, loin de l’image du super-docteur des séries américaines, auquel vous allez très vite vous attacher.
 

Hippocrate, une Création Originale en 8 épisodes de 52 minutes, dès le 26 novembre sur CANAL+ et myCANAL