Le Bureau des légendes : à qui ressemble l'espion idéal ?
Dans Le Bureau des légendes (dont la saison 4 sera à voir sur CANAL+ dès le 22 octobre), le souci de coller à la réalité est poussé à son paroxysme. Éric Rochant, créateur de la série, a bien étudié le dossier, et s’est forcément inspiré d’agents bien réels pour imaginer ses personnages. Des caractères bien trempés, grâce auxquels on peut établir un portrait-robot de l’espion parfait... ou presque.
Posté par Création Originale

À 40 %, charmeur comme le comte Alexandre de Marenches.

Faits d’armes : Cet officier mort en 1995 fut directeur général de l’ancêtre de la DGSE de 1970 à 1981. 
Famille : Il est descendant d’une famille liée à la noblesse européenne, fils d’un capitaine.
Parcours : Il fréquente des écoles pour l’élite. Militaire engagé dans la Résistance, il est nommé à la tête du renseignement par Pompidou.
Compétences : Charmeur, il devient l’interlocuteur privilégié de nombreux chefs d’État (ici en photo avec Ronald Reagan). Réformateur, il réorganise le service Action. Rassembleur, il crée une sorte de club pour réunir différents services de renseignement contre les communistes.
Personnage : Surnommé Porthos en raison de sa corpulence, aristocrate vieille école, farouchement anticommuniste, il entretiendra lui-même sa propre légende, enjolivant volontiers sa vie.
 

À 40 %, retors comme le colonel Marcel Le Roy-Finville.

Faits d’armes :
« Vedette de l’invisible » morte en 2009 à 89 ans, il a dirigé l’un des organismes les plus secrets de l’ancêtre de la DGSE, le Service 7. 
Famille : Avec un grand-père mort pour la France et un père gazé dans les tranchées, il avait un grand désir de servir son pays.
Parcours : Ce Breton a toujours vécu dans la clandestinité, passant de la Résistance aux « services ».
Compétences : Le haut fonctionnaire n’avait pas peur de se mouiller, allant jusqu’à plonger dans les eaux noires d’un port pour faire sauter un bateau rempli d’armes ! Pionnier de l’espionnage en URSS, il veillait au grain sur ses « clandés ».
Le personnage : Indomptable et passionné, il a toujours refusé d’espionner les Français, et expliqué que l’affaire Ben Barka avait été utilisée pour briser son service. Chasseur de secrets ultra secret, il racontera pourtant son histoire à Philippe Bernert dans le livre SDECE, Service 7 : l'extraordinaire aventure du colonel Le Roy-Finville et de ses clandestins.

À 20 %, discret comme Kim Philby.

Faits d’armes :
Ce ponte du Secret Intelligence Service britannique mort en 1988 est l’un des plus célèbres agents doubles, qui travailla pour les Soviétiques.
Famille : Il est le fils d’un diplomate, explorateur, écrivain et… espion. 
Parcours : Étudiant au Trinity College de Cambridge, il y rencontrera ses camarades du Magnificient Five, groupe d’espions recrutés par l’ancêtre du KGB.
Compétences : La discrétion. Avec son travail de correspondant au Times et ses articles pro-Franco, il a la couverture parfaite d’anticommuniste. Malin, il propose à ses supérieurs britanniques de créer une section chargée de lutter contre les agents soviétiques, dont il prend la tête… Un comble !
Le personnage : Snob et plein de morgue britannique, c’est l’un des transfuges les plus emblématiques de la guerre froide. Une fois démasqué, il publiera une autobiographie, My Silent War. Ne levant que partiellement le mystère, en bon espion…

Le Bureau des légendes, Création Originale CANAL+, 10 épisodes de 52 min, à découvrir lundi 22 octobre sur Canal+ et en intégralité sur myCANAL.