La saison 2 de I’m Dying Up Here, la série produite par Jim Carrey, est à suivre actuellement sur CANAL+SERIES et myCANAL
Posté par Aurelien BACOT le 11 Décembre 2018
Avis aux amoureux des seventies et aux inconditionnels du stand-up : I’m Dying Up Here, la série pépite produite par Jim Carrey est de retour en exclusivité tous les mardis sur CANAL+ SERIES et sur myCANAL pour une saison 2 toujours aussi drôle et réussie.

Los Angeles, 1973. Goldie Herschlag (Melissa Leo, Oscarisée pour The Fighter) gère d’une main de fer dans un gant de velours son club de stand-up, Chez Goldie’s, la scène ouverte la plus courue de Sunset Boulevard. Micro en main, de jeunes talents issus des quatre coins du pays viennent y tester leurs blagues devant un public. Tous espèrent décrocher le Graal, un show régulier sur la grande scène, prélude indispensable pour un passage au Tonight Show de Johnny Carson. Mais le suicide du plus prometteur d’entre eux, Clay, fait resurgir les fêlures intimes de ces virtuoses de la vanne.

A l’issue d’une première saison passée sur les planches et dans les coulisses du Goldie’s, il était temps de faire le point sur les succès et les échecs de notre troupe d’humoristes préférés.

Cassie (Ari Graynor), rare femme dans ce monde très masculin, a fait du chemin depuis qu’elle a débarqué de son Texas natal. Régulièrement en vedette sur la scène principale elle est sélectionnée pour un passage dans l’émission « Les filles ça peut aussi être drôle », un tremplin inespéré pour sa carrière.
Nick (Jake Lacy) qui se débat toujours avec d’anciennes addictions obtient un triomphe dans l’émission de Johnny Carson. Un succès qui donne des idées au concurrent de Goldie (Melissa Leo), qui va tout faire pour le recruter et le faire tourner dans son club Le Roi Theodore.
Bill (Andrew Santino) qui a de plus en plus de mal à supporter la cohabitation avec son père et sa sœur doit désormais digérer sa séparation d’avec Cassie et sa jalousie face au succès grandissant de Nick.
Adam (RJ Cyler), confronté à des difficultés matérielles, est pris sous son aile par Goldie. Une protection qui lui ouvre certaines portes mais qui ne va pas sans quelques obligations… L’occasion pour le jeune humoriste de découvrir la face cachée de sa patronne.
Eddie (Michael Angarano) qui vit une relation de couple compliquée avec Cassie, se produit dans le restaurant où il travaille comme serveur. A sa plus grande surprise il obtient quelques succès et se voit félicité par une célébrité locale. Mais il va rapidement déchanter…
De son côté Ron (Clark Duke), promu portier du club par Goldie, continue de rôder ses vannes au sein du groupe des Alcoolique Anonymes qu’il fréquente pour le plaisir. Mais une subite prise de conscience va le plonger dans une profonde crise existentielle.
Goldie qui avait obtenu de co-produire un show télévisé consacré aux humoristes, se fâche avec ses associés et se fait virer du projet. Dans le même temps son concurrent principal tente de débaucher les meilleurs humoristes de son écurie. Pour couronner le tout, elle doit même se battre avec ses fournisseurs qui la lâchent un par un…

C’est donc avec un plaisir impatient que l’on se replongera aux origines du stand-up et dans le Los Angeles des années 70 auprès de ces personnages si attachants. Plaisir de retrouver ce casting choral réjouissant et une réalisation au cordeau, la caméra virevoltant avec maestria d’un personnage à l’autre pour mieux esquisser leur quotidien en désordre et leur catharsis sur scène. Et c’est là l’une des qualités majeures de la série, que de parvenir à nous faire passer sans cesse du rire aux larmes avec une aisance déconcertante.
L’authenticité des personnages, la précision des dialogues et la crédibilité des enjeux, à n’en pas douter le producteur Jim Carrey a nourri cette série de ses expériences personnelles et c’est ce qui fait clairement sa force. Le résultat est une seconde saison aussi hilarante que sensible, rythmée par une B.O emballante, des punchlines qui claquent et un humour sans tabou qui emporte tout sur son passage.
Malheureusement pas renouvelée par Showtime pour une troisième saison, I’m Dying Up Here reste une série à voir absolument que l’on soit ou non passionné de stand-up. Les gens les plus drôles sont aussi souvent les plus tristes certes, mais à voir cette série, ce sont surtout les plus passionnants.

Depuis le 4/12 en exclusivité sur CANAL+ SERIES et en intégralité sur myCANAL.