L'Amie prodigieuse : rencontre avec l'équipe de la série.

Posté par Philippe COUSSIN-GRUDZINSKI le 17 Décembre 2018
Quand on a vu l'adaptation de L'Amie Prodigieuse, plusieurs choses nous ont frappés : la réalisation subtile et le travail sur les couleurs, la langue, qui semble sortir tout droit du roman et donc des années 50, et la fraîcheur d'un casting parfait à base d'actrices non professionnelles. Et évidemment, aucune de ces impressions ne sont dues au hasard.

La réalisation d'abord. Et surtout, les couleurs. Pâles au départ, presque grises, on est loin du cliché du Naples coloré et lumineux. De la lumière, il y en, bien sûr, mais les couleurs n'apparaissent vraiment qu'à partir du 3ème épisode. Et il y a une raison à cela. Saverio Constonzo, réalisateur, nous explique : "L'image presque en noir et blanc évoque l'Italie sortant de la guerre. Tout ce qui était porté semblait usé, délavé. Puis il y a eu une intensification de la couleur à l'image. Grâce au boom économique des années 60, les gens découvrent la consommation de masse. Donc la couleur arrive dans le quartier." 

Et puis il y a la langue. La série est certes tournée en italien, mais ce n'est pas n'importe quel italien. C'est un dialecte napolitain parlé dans les années 50. Elisa Del Genio et Ludovica Nasti, qui incarnent Elena et Lila enfant, nous racontent : "Nous avons passé un mois avec un coach qui nous a appris le Napolitain. Ce n'est pas le Napolitain qu'on parle aujourd'hui." Ludovica Nasti nous confie qu'elle a même demandé à sa grand-mère de l'aider !

Quant au casting, il a été très poussé. Ludovica Nasti a ainsi passé 7 mois d'essais et a été rappelé 12 fois ! Pour Elisa Del Genio, ça a été plus hasardeux. Elle nous confie : "Quand ils castaient dans mon école, je n'étais pas là, j'étais malade. Mais mon frère a été retenu pour un autre casting. Je l'ai accompagné avec ma petite soeur (qui joue Elena à 6 ans), ils m'ont vue, et ils m'ont dit de faire un essai." Comme nous, le réalisateur est ravi de ses actrices : "Nous avons eu de la chance de trouver ces 4 pépites. D'habitude, on "vole" leur jeu aux enfants. Mais là, j'aime à dire qu'elles interprètent un personnage." Ces personnages de deux jeunes filles qui vont devenir grandes, libres et indépendantes. 

Mais comme le rappelle Saverio Constonzo, "Ce n'est pas que l'histoire de deux femmes qui vont s'émanciper. C'est aussi le pouvoir de la culture, l'importance de l'éducation. C'est une déclaration politique : un prof peut changer votre vie." Et franchement, on ne va pas s'en plaindre... 

Disponible en intégralité sur myCANAL.