Dans les coulisses de l'univers visuel de L'Amie Prodigieuse.

Posté par Philippe COUSSIN-GRUDZINSKI le 17 Décembre 2018
Dans l'adaptation de L'Amie Prodigieuse, actuellement sur myCANAL, on a vraiment l'impression d'être dans le livre, comme si les pages d'Elena Ferrante avaient pris vie. Et ce n'est pas vraiment un hasard : tant les décors que les costumes ont fait l'objet de recherches approfondies et de moyens hors normes pour une série.

Tout a commencé par une lecture scrupuleuse des livres, qui ont donné aux stylistes et aux décorateurs l'idée générale et l'ambiance à donner aux épisodes. Antonnella Cannarozzi, qui s'est chargé des costumes, explique : "Le livre a été fondamental, ses pages ont eu la force d’évoquer en moi les couleurs, l’atmosphère, les odeurs, le désordre, le chaud et le froid."

Mais ce n'est pas tout. Un immense travail de recherche a été nécessaire. Dans la vraie vie, le quartier où grandissent Lila et Lenu a été construit dans les années 20. Et la saga débute dans les années 50. Tout les détails des bâtiments et du mobilier est le fruit d'un travail méticuleux des équipes de décorateurs, pour que tout sonne juste, pour que tout soit au plus près de la réalité de l'époque. En ce qui concerne les costumes, il s'agit davantage d'une recherche psychologique par personnage. Antonnella Cannarozzi a ainsi cherché à définir ce qui les caractérisait le plus, des couleurs aux accessoires. Ensuite, pendant la phase de croquis, les stylistes sont partis des visages, des cheveux ou des postures pour donner vie aux personnages du roman. Par ailleurs, pour rester fidèles aux années 50, l'équipe d'Antonella Cannarozzi s'est inspiré tout à la fois des films néo-réalistes de Rossellini, Visconti ou Pasolini, mais aussi des photographes d'après-guerre, comme Henri Cartier-Bresson ou William Klein ou des reportages de l'agence Magnum. Et, pour être toujours le plus fidèle à l'époque, l'équipe en charge du stylisme s'est aussi inspiré des vieux albums de famille napolitaines. Bref, un travail de fourmis que pas mal de fans de la saga aurait aimé avoir, sans aucun doute. 

Ce qui reste néanmoins le plus impressionnant, c'est la construction du décor. Comme nous l'explique Giancarlo Basili, en charge des décors : "Nous avons décidé de reconstruire le quartier dans une vieille structure archéologique industrielle. Sur 20 000 m2, toute la construction est composée de commerces, de rues principales et des allées qui font le quartier. Tout le projet devait donner une sensation visuelle monochromatique sur des tons gris. Les intérieur des maisons positionnées à l’extérieur du quartier ont également été construites dans la structure archéologique, occupant un espace total de 60 000 m2." Et à l'écouter, ce n'était pas gagné d'avance : "Les difficultés étaient surtout liées à la grande surface de construction (15 000 m2) et à la crédibilité scénographique de la matière utilisée pour construire les murs. Le plateau est l’un des plus grands d’Europe et a nécessité une main d’oeuvre très qualifiée avec des peintres et des scénographes de très haut niveau. Il a fallu trois mois pour bâtir ce décor."

Un travail de titan donc, et ça se voit ! 

Disponible en intégralité sur myCANAL.