Dans Hippocrate, Karim Leklou répare encore les vivants
Avec son imposante carrure de nounours, le nouveau chouchou du cinéma français Karim Leklou campe un Docteur Bascha tout en contrastes, qui se révèlera vite indispensable. Un personnage à découvrir dès le 26 novembre, dans le premier épisode de la série « Hippocrate ».

C’est l’une des révélations d’Hippocrate : le toujours impeccable Karim Leklou, qui interprète Arben Bascha. Quand il apprend que les médecins titulaires du service de médecine interne ont été mis en quarantaine à la suite d’un virus possiblement contagieux, ce légiste franco-albanais décide de venir prêter main-forte à ses collègues internes, avec la bénédiction de la directrice de l’hôpital Nathalie Ferrand (Géraldine Nakache), une amie de longue date. C’est elle qui lui a confié son poste à la médecine légale et Arben entend bien l’aider à surmonter cette crise. Après tout, il est médecin aussi…

 

De Un prophète à Le monde est à toi

 

L’acteur de 36 ans, arrivé relativement « tard » au cinéma, a été révélé en 2009 par Un prophète de Jacques Audiard. Puis il a enchaîné les beaux seconds rôles (notamment dans les films d’auteur) avant de se voir confier des rôles de plus en plus importants, comme dans Réparer les vivants de Katell Quillévéré, où il interprétait un chirurgien.

On l’a récemment vu dans Le monde est à toi de Romain Gavras, en petit dealer castré par sa mère (Isabelle Adjani), où il s’est définitivement affirmé comme un talent qui compte.

 

Dans Hippocrate, il construit un personnage d’Arben tout en contrastes. « Karim est un acteur très singulier : derrière son physique imposant, cette voix très grave, très particulière, il y a beaucoup de tendresse, détaille le réalisateur de la série, Thomas Lilti. Arben est un personnage qui apporte du réconfort aux autres, aux patients comme à ses collègues. On sent qu’on peut compter sur lui. » Mais il est aussi ambivalent : « En même temps, Karim dégage une puissance qui peut sembler inquiétante. »

 

Pour Arben Bascha, cette quarantaine se révèle une aubaine. Elle lui permet de redécouvrir le métier de médecin, au contact des patients, et sa passion.

« Alors qu’il s’occupe d’habitude de cadavres, faire de la médecine sur des vivants, c’est très fort pour lui », a expliqué l’acteur aux Inrocks. Karim Leklou, lui, apprécie le côté politique et engagé de la série : « J’aime bien quand on envisage une société à travers un scénario. »

Ce rôle de premier plan devrait lui permettre de s’imposer, encore plus, comme la nouvelle coqueluche du cinéma français.

 

Hippocrate, une Création Originale en 8 épisodes de 52 minutes, dès le 26 novembre sur CANAL+ et myCANAL