dvd
Comment Rolling Stone est devenu la bible des baby-boomers ?

À travers une multitudes d’archives et d’interviews, le documentaire Rolling Stone : Stories from the Edge, diffusé jusqu'au 25 octobre, retracera l’histoire mouvementée du magazine culte des sixties et seventies. Mais comment tout a commencé ? 

Etre au cœur du cyclone. En juin 1967, Jann Wenner, 21 ans, se rend au festival pop de Monterey, qui signe l’acte de naissance du Summer of Love. Révélation : il décide de créer son propre magazine. Sous l’impulsion d’une jeunesse avide de poésie et de LSD, l’Amérique change. Rolling Stone, à San Francisco, épicentre du mouvement hippie, est au bon endroit, au bon moment. Ses journalistes sont à la fois étudiants, reporters et activistes. Le magazine incarne la jeunesse hippie, underground et contestataire, lui donne une voix. Il la touche directement, elle qui ne se reconnaît pas dans les journaux de ses parents. Fait par et pour la jeunesse, il s’impose naturellement comme le porte-parole de sa génération.
 

Engager la bonne équipe. Rolling Stone s’entoure alors de jeunes inconnus, à l’image de Cameron Crowe (qui rendra plus tard un hommage appuyé au magazine dans son film Almost Famous). Mais aussi de plumes prestigieuses, parmi les plus grands écrivains du XXe siècle, comme le légendaire docteur ès gonzo Hunter S. Thompson, auteur de Hell’s Angels. Ce dernier abreuvera le magazine de ses reportages hallucinés, instantanément cultes.

On peut aussi citer Tom Wolfe. Dans son premier article pour Rolling Stone, en 1973, pour le lancement d’Apollo 17, le dandy se met dans la peau d’un astronaute. Aux côtés d’autres maîtres du nouveau journalisme comme Grover Lewis, le futur auteur du Bûcher des vanités apporte un véritable souffle romanesque à la publication.
 

Parler de musique… Mais pas que. Rolling Stone est avant tout fou de musique. Les Beatles, Joplin, Dylan, Zappa et Grateful Dead font régulièrement la couverture. Ses interviews-fleuves sont légendaires. Mais dès le début, le rédacteur en chef comprend que le rock, c’est un mouvement de fond. Il faut aussi parler « des choses et des attitudes qu’il englobe ». La drogue, la mode, les Black Panthers, Hugh Hefner… Le magazine capture parfaitement l’esprit de son époque, livre des scoops (comme la story de l’enlèvement de Patty Hearst) et, en filigrane, une histoire pop de l’Amérique. Ce qu’il continue encore à faire aujourd’hui, plus de 50 ans après ses débuts… dans un monde qui n’a plus rien à voir avec celui des seventies.
 

Rolling Stone : Stories from the edge

6 épisodes de 40 minutes, diffusés dès le 20 septembre sur CANAL+ et en intégralité sur myCANAL.