Bisexualité, le dernier tabou ? Desiree Akhavan nous raconte sa série The Bisexual

Après les succès au cinéma de APPROPRIATE BEHAVIOR et COME AS YOU ARE, la showrunneuse irano-américaine Desiree Akhavan poursuit dans sa voie audacieuse en livrant une série qui relate, en six épisodes, les questionnements d’une femme bisexuelle. Cru et queer.

On a rencontré Desiree Akhavan, co-auteur, réalisatrice, et actrice principale « Leila ».

Pouvez-vous nous présenter votre série ?

C’est une comédie sur la bisexualité au sujet d’une femme qui s’est toute sa vie identifiée comme une lesbienne, et qui arrivée à la trentaine fait son coming out en tant que bisexuelle et qui commence à sortir avec des hommes.

Quelle est la part d’autobiographie dans la série ?

L’intrigue en elle-même n’est pas autobiographique : je ne me suis jamais identifiée en tant que lesbienne et je me suis affirmée comme bisexuelle dès le départ, mais les personnages de la série sont inspirés de personnes que Cécilia (ndlr – Frugiuele, co-auteur) et moi connaissons et aimons, donc cela est très personnel. C’est une vision de Londres et en particulier du quartier d’Hackney tel que nous les connaissons.

Vous dites que la bisexualité est le dernier tabou, est-ce le cas ?

Oui ça y ressemble. Il y a des tabous pires mais celui-ci est compliqué car être bisexuel c’est quelque chose d’invisible : si je me promène main dans la main avec une femme je suis gay, si c’est avec un homme je suis hétéro. C’est comme ça que beaucoup esquivent l’étiquette. Il y a un sentiment de honte. D’ailleurs c’est l’origine de la série pour moi : cet inconfort de la vérité. Le fait de dire « je suis bisexuelle » me met profondément mal à l’aise et je veux en explorer les raisons.

The Bisexual à partir du 23 décembre sur myCANAL