5 bonnes raisons de regarder Undercover

Posté par Alizee Guigliarelli le 17 Juillet 2019
Undercover a été présentée en exclusivité mondiale lors de l’édition 2019 du festival CANNESERIES. Voici les 5 raisons de regarder cette nouvelle pépite venue de Belgique, qui narre la délicate mission de deux policiers infiltrés dans un camping pour tenter de démanteler le réseau d’un producteur d’ecstasy, avant de pouvoir la visionner en intégralité dès le 8 août sur CANAL+.

1. Pour l’histoire vraie

Undercover se situe dans un camping limbourgeois, dans la région flamande de la Belgique. On dit fréquemment que le Limbourg est la Colombie de l’ecstasy, elle détient d’ailleurs le record de laboratoires d’ecstasy démantelés, et c’est pourquoi le repère de Ferry Bouman, l’un des plus grands producteurs d’ecstasy au monde se trouve dans cette région. Le créateur Nico Moolenaar a également révélé avoir fait des recherches approfondies sur le milieu de la drogue ainsi que sur les opérations d’infiltration qui ont lieu en Belgique, afin de retranscrire au mieux la manière dont de tels agents allient travail et vie personnelle.

2. Parce que c’est un peu Les Soprano au camping

Undercover c’est en quelque sorte Les Soprano au camping, sauf que dans Undercover, c’est Danielle, la femme de Ferry le baron de la drogue, qui semble en crise. La série aborde également la difficulté d’avoir de vrais amis dans un tel milieu, est-il même possible de faire confiance à quelqu’un ? Ferry Bourman, tout comme Tony Soprano, n’a pas que sa casquette de baron de la drogue, c’est également un homme ordinaire, un mari très amoureux de sa femme, prêt à tout pour elle. Undercover diffère cependant des Soprano concernant le point de vue qu’elle adopte, puisque l’histoire est cette fois-ci racontée d’après le point de vue des policiers.

3. Pour les personnages hauts en couleur et attachants

Les recherches des créateurs leur ont permis de concevoir des personnages réalistes, aux émotions multiples qui sauront toucher le spectateur. Les deux agents sous couverture, Bob Lemmens (Tom Waes) et Kim De Rooij (Anna Drijver), forment un faux-couple particulièrement intéressant. Bob a soif d’adrénaline, et a besoin de tout contrôler dans les opérations qu’ils mènent. Il ne veut pas perdre, il ne peut pas perdre. Cela pourrait bien le faire enfreindre quelques barrières morales et éthiques tout au long de la série. Kim excelle dans le rôle d’agent sous couverture, elle sait instantanément se mettre dans la peau du personnage qu’elle incarne, ce qui fait d’elle une manipulatrice hors-pair. Elle est plus directe que Bob dans sa manière d’approcher les cibles, ce qui fera sans nul doute quelques étincelles.

4. Pour le parfait équilibre entre drame et humour

Un cadre idyllique, un baron de la drogue, deux flics infiltrés qui doivent faire croire à tout le monde qu’ils forment un couple afin de se rapprocher de leurs cibles, allant jusqu’à se lier d’amitié avec celles-ci … Undercover réussi habilement à mêler le drame, qui prédomine indéniablement, le format policier, et ce sans oublier l’humour : aux scènes violentes et haletantes succèdent des scènes au ton beaucoup plus léger, rendues possible grâce aux pensionnaires singuliers du camping. L’absurde est également au rendez-vous et permet aux spectateurs de rire de la violence à l’état brut, qui parsème toute la série.

5. Parce que c’est avant tout une série à suspense

Undercover saura vous tenir en haleine. Tout en posant de réelles questions, « jusqu’où doit-on aller pour attraper un criminel ? », « est-il possible de se perdre soi-même, si l’on fait semblant trop longtemps ? », la série fait appel à de nombreux cliffhangers, qui vous donneront systématiquement envie de voir la suite.

 

Découvrez la saison 1 le 8 août sur CANAL+.