Une Coupe et des polémiques
Posté par Pierre Ménès le 31 Mars 2018

Comme prévu, le favori l’a donc emporté lors de cette finale de la Coupe de la Ligue. Une finale qui pouvait apparaître plus équilibrée que celle de l’an passé eu égard à la dynamique des dernières semaines, les deux équipes ayant remporté leurs matchs de manière un peu poussive. D’un point de vue technique, on a vu un écart assez abyssal entre les deux équipes tout au long de la partie. Le PSG était beaucoup plus appliqué et efficace dans sa circulation de balle et a dominé assez largement une équipe monégasque dont la tactique de départ décidée par Jardim était assez bizarre, avec Tielemans en soutien de Falcao qui a eu un mal fou à exister et un Lemar décevant et qui n’a quasiment pas touché le ballon.

Celui qui n’a pas déçu, c’est Mbappé. On peut éventuellement lui reprocher ce face-à-face raté devant Subasic, mais tout le reste de ce qu’il a fait était fantastique. Et décisif, entre l’action au milieu de trois Monégasques qui amène le penalty, la superbe passe décisive pour Di Maria et la passe glissée à Cavani - auteur d’un nouveau doublé en finale de CDL - pour le troisième but. Pourtant, le jeune attaquant français retrouvait ce côté droit où j’estime qu’il est le moins bon. Mais il a rayonné, en jouant avec plus de simplicité que ces dernières semaines. Une simplicité qui lui va bien, surtout quand il y associe son incroyable vitesse.

Alors je constate que ça chouine beaucoup autour de l’arbitrage vidéo. J’ai lu des trucs proprement ahurissants : que ça prend trop de temps, que ça supprime l’émotion… Oui mais à l’arrivée, ça supprime deux conneries. Alors il faut savoir ce qu’on veut. Et puis on est encore en phase d’expérimentation. C’est le cas en Coupe de la Ligue et ce le sera aussi en Coupe du Monde. Et je suis désolé, il y a zéro polémique sur le penalty provoqué par Mbappé. Il faut quand même connaître un peu le règlement avant de l’ouvrir. Au moment où Glik fait faute, l’attaquant parisien n’a pas perdu le ballon. Il n’est donc pas question de parler du hors-jeu de Rabiot, qui est réel mais n’intervient qu’après la perte de balle de Mbappé. Et si Mbappé perd le ballon, c’est parce qu’il est fauché par Glik. CQFD.

Stop aux polémiques

Quant au but refusé à Falcao, a priori sur les images l’attaquant colombien est hors-jeu de peu. Je suis un peu moins enthousiaste à propos de cette décision-là, comme je le suis globalement sur la prestation globale de Clément Turpin. Si c’est ça qui va nous représenter à la Coupe du Monde, on n’est pas sorti des ronces. Je le trouve toujours aussi peu serein et aussi peu juste dans ses décisions. Et il fait toujours autant les gros yeux. À ce propos, je vais préciser pour les ahuris de Twitter qui disent que j’attaque sur le physique : je n’ai pas dit que Turpin avait des gros yeux, j’ai dit qu’il faisait les gros yeux. Mais bon, la nuance et Twitter, ça fait douze.

D’une manière générale, j’en ai marre des polémiques. Marre de ne plus pouvoir donner mon opinion sans me faire traiter de pro-Parisien le soir et de pro-Marseillais l’après-midi. Parce que dans l’après-midi justement, l’OM l’a emporté en match avancé de la 31e journée de Ligue 1 à Dijon. Difficilement, mais logiquement. Les Bourguignons, d’habitude très bons à domicile, ont raté leur match. Les Marseillais ont ouvert le score avant la pause par Germain, avant de s’assoupir et de laisser le DFCO égaliser sur une reprise du gauche de Kwon.

Mais en fin de match, il y a eu ce but d’Ocampos, marqué une nouvelle fois grâce à une surface corporelle inhabituelle. Le Marseillais doit d’ailleurs être le meilleur buteur d’Europe hors pied gauche, pied droit et tête. Mais comment certains peuvent dire qu’il fait main volontaire sur ce but ? Il y a même un type qui m’a dit qu’il mettait le coude en avant pour augmenter sa surface corporelle. N’importe quoi. Comme si l’Argentin avait eu le temps de se dire « tiens, je vais lever mon coude pour agrandir ma surface corporelle… ». Il faut arrêter la parano. Après ça, il y a deux pénos pour l’OM qui sont aussi justifiés l’un que l’autre. Alors stop aux polémiques en permanence, stop à la mauvaise foi… Cela devient extrêmement difficile à supporter.

Pierrot