Un statu quo pour finir
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Lille en Ligue des Champions, Lyon en Europa League et Sochaux en Ligue 2 : l'ultime journée de notre beau championnat n'a donné lieu à aucune retournement de situation.

On parle souvent de mérite dans le foot. Ils ont mérité ceci, ils ne méritaient pas cela… Soyons clairs : cette notion de mérite, c'est du pipeau. Ça n'existe pas. Sur l'échelle d'un championnat, on termine toujours à la place qu'on "mérite", justement. On s'aperçoit d'ailleurs que tous les résultats de la soirée ont conforté les équipes qui étaient en ballotage favorable avant cette dernière journée. Et qui "méritent" donc leurs différentes "récompenses".

A commencer par Lille qui, qu'on aime ou qu'on n'aime pas, a trop longtemps occupé cette troisième place cette saison pour la lâcher si près du but. Ce n'était pourtant pas évident, avec ce dernier match de Gourcuff à la tête du FCL et des Merlus qui ont rapidement ouvert le score par Aliadière. Mais déjà sur cette première période, les Nordistes étaient au-dessus et ils avaient très logiquement égalisé grâce à Kalou.

En deuxième mi-temps, bien aidé par Audard - grandement responsable sur les deuxième et troisième buts - et Bourillon qui s'est offert un CSC, le LOSC s'est imposé très facilement. Cette large victoire récompense la belle régularité des hommes de Girard. Même constat pour Lyon, qui sera donc européen pour la 18e saison d'affilée à l'issue du 61e match de sa saison. Pourtant à bout de force, de nerfs et même de football, les Rhodaniens sont parvenus à s'imposer à Nice.

Les joueurs de Garde ont ouvert la marque sur un joli coup de tête de Koné et ont tenu, arc-boutés sur le but de Lopes, pendant toute la seconde période. C'est une 5e place méritée pour une équipe qui a tout joué à fond cette saison, ce qui est loin d'être le cas de tout le monde. Une 5e place qui échappe donc à l'OM, petit vainqueur de Guingamp au Vélodrome grâce à l'habituel but de la tête d'Andre Ayew. Un match marqué par le coup de genou involontaire de Yatabaré sur Mandanda qui a envoyé le portier marseillais, touché aux cervicales, directement à l'hôpital.

L'oeil du Renard

Et puis l'affiche de la soirée avait lieu à Sochaux, où Evian est allé s'imposer sans laisser le moindre suspense s'installer dans le match. Les Lionceaux ont été rattrapés par pression. En jouant leur peau sur ce dernier match, les Sochaliens ont perdu cette sorte d'insouciance qui leur avait permis d'effectuer cette folle remontée lors de la phase retour. Bombardé favori du match, le FC Sochaux-Montbéliard a été incapable d'assumer ce statut.

Et comme je l'ai parfois constaté cette saison à l'extérieur - à Marseille et à Monaco notamment - l'ETG a réalisé un très bon match, dans le sillage de l'excellent Wass, sans conteste le meilleur joueur de cette équipe haut-savoyarde. A titre perso, je regretterais l'agressivité entre Renard et Dupraz. J'ai souvent trouvé ce dernier plus habile et plus drôle que lors de cette dernière semaine. Et puis je comprends mal la crise de jalousie aigüe dont est frappé l'entraîneur sochalien. Il ne va pas se crever un oeil pour faire plaisir aux autres…

Ça faisait quelques saisons que les Sochaliens flirtaient avec la Ligue 2, ils ont fini par conclure. Le club s'en relèvera, à condition, comme pour d'autres avant lui, de remonter le plus vite possible. Voilà, le reste de la journée s'est déroulé sans histoire, tout juste marqué par la fête réussie au Parc. Le PSG termine finalement avec 9 points d'avance sur Monaco, le record de points, 84 buts marqués et une différence de buts de +61. What else ?

Pierrot