Un si long dimanche...
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Entre un Bordeaux-Guingamp abominable et un Sainté-Rennes déprimant, Marseille-Montpellier avait des allures de chef-d’oeuvre. C’est dire si ce dimanche de Ligue 1 a été enthousiasmant…

Et je vais commence ce tour d’horizon avec le pire : Bordeaux-Guingamp. Un match ignoble, d’une faiblesse invraisemblable, joué devant des tribunes vides… Franchement, c’était terrible à regarder. A part le petit Ounas, positionné en faux pied sur l’aile droite et qui a fait quelques étincelles, les Girondins n’ont rien montré. Il faut reconnaître aussi qu’ils sont accablés par les blessures, Pablo devant être remplacé en début de seconde période. Alors voilà, le but de Yambéré donne trois points et fait du bien aux hommes de Sagnol, mais perso j’ai eu l’impression que le match avait duré quatre heures.

En même temps, je n’ai pas eu le sentiment que Saint-Etienne - Rennes avait duré beaucoup moins longtemps. Je n’attendais rien de ce match, je n’ai donc pas été déçu, ni surpris. Mais comment pouvait-il en être autrement ? Les Verts n’ont pas d’arguments offensifs à part Hamouma. Monnet-Paquet est trop moyen et Roux n’a quasiment pas touché le ballon. Quant à Eysseriec, Corgnet et Maupay, ils étaient sur le banc. Je pensais donc qu’on était tous joyeusement partis pour un bon 0-0.

Et il y a eu ce but d’Henrique sur un service de Sio qui paraît au départ trop tardif mais s’avère décisif à l’arrivée car il passe entre les jambes de Perrin et prend Polomat à contre-pied. Après le repos, Sainté a un petit peu poussé et réussi à égaliser grâce à ce penalty qui fait débat. Armand, qui est l’un des joueurs les plus zen de Ligue 1, a pété un plomb et on peut comprendre que, de son point de vue, Hamouma vient se jeter contre sa jambe. Mais c’est vrai qu’à vitesse réelle, je ne vois pas comment l’arbitre peut ne pas siffler. A l’arrivée, ça fait donc 1-1, un score moisi pour un match qui l’était tout autant.

L’inénarrable monsieur Varela

Finalement, c’est au Vélodrome qu’on a pu prendre un peu de plaisir. Je ne suis pas sûr que les Marseillais se soient autant amusés que ça vu qu’une fois de plus, ils ont été incapables de gagner à domicile, après avoir été menés deux fois au score. La première sur une passe exter’ pied gauche de Boudebouz magnifiquement dosée pour Ninga, la seconde sur une volée du même Ninga consécutive à un dégagement de Rekik en chandelle. A côté de ça, l’OM a quand même dominé la partie, a beaucoup donné, a fait preuve d’enthousiasme. 

Mais malheureusement, en terme de réalisme, offensif et défensif, ce n’est toujours pas ça. Devant, on a l’impression qu’il n’y a pas l’ombre d’une esquisse de jeu collectif qui se mette en place. Cabella monte très clairement en puissance depuis trois matchs, mais Batshuayi a été maladroit et mal placé, Barrada a plutôt travaillé au milieu et on ne peut pas demander à Nkoudou de faire la différence à chaque match. 

Après, il y a les buts. Moi, je ne sanctionne pas la main de Cabella, qui essaie juste de ne pas être percuté par Batshuayi. En revanche, il est évident que le ballon est sorti entièrement sur le centre de Nkoudou pour la reprise victorieuse de Sarr. Les Marseillais ont très justement râlé à de nombreuses reprises après l’arbitrage la saison dernière. Cette fois, ça fait quelques matchs que les Olympiens n’ont pas à se plaindre, entre les buts hors-jeu face à Monaco, le penalty non sifflé sur Quintero à Rennes et cette égalisation face à Montpellier. Ce qui montre encore que les mauvaises décisions arbitrales - symbolisées par le toujours inénarrable monsieur Varela - finissent souvent par s’équilibrer sur le long terme.

Pierrot

PS : Exceptionnellement, il n’y aura pas de post cette semaine car je pars en Afrique du Sud. Je serai de retour pour la prochaine journée.