Un Paris convaincant
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Dans la lignée de sa victoire face à Porto, le PSG a étrillé Evian en produisant du jeu. Derrière, ça ne suit pas...

Samedi, 17h : c'était l'heure du traditionnel match du PSG. Alors je faisais la fine bouche il y a quinze jours après la victoire 4-0 face à Troyes car je trouvais que Paris n'avait pas eu la maîtrise du jeu et avait marqué quatre buts en contre. Cette fois, le score est le même mais le contenu pas du tout. D'abord, l'adversaire était un peu plus fort que Troyes. Et puis, Paris a fait un gros match en inscrivant des buts construits et inspirés.

Alors qu'est-ce qui a changé ? Eh bien, dans la droite ligne du match face à Porto, Ancelotti a reconduit le 4-4-2. Depuis le début de la saison, je n'arrivais pas à comprendre pourquoi le Mister s'entêtait à jouer avec trois milieux défensifs. Ca n'apportait aucune solidité à l'équipe. Alors ce sera peut-être différent dans les grands matchs de Ligue des Champions au printemps, avec Thiago Motta. Mais en Ligue 1, le PSG peut très facilement - et preuve en a été faite - évoluer avec quatre joueurs à vocation offensive.

Et parmi ces quatre, il y en a un qui est transfiguré depuis la victoire devant Porto : Javier Pastore. Il a fait deux passes décisives, mais surtout il travaille dans un rôle de meneur côté droit, il a été utile, décisif et il a même semblé prendre du plaisir. Evidemment, le retour de Thiago Motta a été triomphal. Des stats de passes "xaviesques" et un but inscrit en fin de match : c'est assez étonnant de voir un mec qui a si peu joué cette saison tenir 90 minutes et rendre une telle copie.

Landreau, étrange...

Du coup, le PSG a beaucoup plus le ballon, combine nettement mieux au milieu. mais il y avait surtout une implication, une détermination et une joie de jouer qu'on ne voyait pas en Ligue 1 jusqu'ici. Maintenant, la semaine qui vient s'annonce cruciale pour les joueurs de la capitale, entre le déplacement à Valenciennes mardi et la réception de Lyon dimanche. Mais ce que propose désormais Paris a de quoi faire espérer des jours meilleurs…

En soirée, on guettait la production du LOSC à Sochaux. Les Lillois n'ont pas fait un mauvais match, mais ils auraient pu le perdre sans un Elana décisif à plusieurs reprises. Les hommes de Rudi Garcia avaient pourtant fait le plus dur en ouvrant le score à l'heure de jeu grâce à Roux. Mais ils n'ont pas eu le temps d'en profiter bien longtemps puisqu'ils ont craqué à peine deux minutes plus tard, Mikari profitant d'une aide involontaire de Basa pour ajuster Elana.

En parlant de Lille, ce qui s'est passé là-bas en milieu de semaine est franchement étrange. J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi Landreau quitte le LOSC à trois semaines du début du mercato d'hiver même si, "dans les milieux autorisés" comme on dit, on savait que ce n'était pas le grand amour entre l'ancien gardien du PSG et les dirigeants nordistes. A tel point que ces derniers avaient d'ailleurs songé à recruter Douchez il y a un an et demi...

Rennes et VA ratent le coche

Battu à domicile par Evian il y a quinze jours, Rennes a encore perdu des points dans son stade en concédant le nul face à Brest. Les hommes d'Antonetti menaient pourtant 2-0 à 20 minutes de la fin, grâce à deux buts des inévitables Féret et Alessandrini et face à la pire équipe de Ligue 1 à l'extérieur. Eh bien même dans cette configuration idéale, Rennes est incapable de gagner !

Et pourtant, les Rennais ont réalisé un match très correct. Mais ils ont vraiment manqué de réalisme, notamment en première période. Et ils laissent une nouvelle fois passer l'occasion de recoller au wagon de tête. Et puis, il faut rendre hommage aux Brestois, auteurs d'une seconde période de toute beauté et qui ont eu le mérite d'y croire jusqu'au bout. Une persévérance récompensée par l'égalisation de Benschop à 3 minutes de la fin.

Enfin, un mot pour saluer la victoire convaincante de Montpellier, qui confirme son net regain de forme. Belhanda semble enfin revenir à un niveau décent et Cabella confirme ses grandes qualités. Doucement mais sûrement, le champion en titre se refait la cerise… Et puis Valenciennes a, comme Rennes, raté la marche qui l'aurait ramené tout proche du podium. Les Nordistes se sont contentés d'un piètre nul sur la pelouse de Nancéiens qui se dirigent de plus en plus vers la Ligue 2.

On se retrouve demain soir après ZE derby.

Pierrot