Un dimanche décevant
Posté par Pierre Ménès le 25 Février 2018

Au Matmut Atlantique, Bordeaux aurait clairement dû battre Nice. Mais les Girondins ont touché deux fois le poteau et deux fois la transversale face à des Aiglons qui, comme à chaque fois qu’ils doivent jouer sans Balotelli, n’ont ni poids ni puissance devant. Les joueurs de Poyet n’ont donc pas eu de réussite, c’est le moins qu’on puisse dire, mais en même temps ce 0-0 était un peu annoncé puisqu’à chaque fois que Malcom et Balotelli ne sont pas là, aucune des deux équipes ne parvient à gagner.

Une fois de plus, Lyon a gâché. L’OL avait ouvert le score dans ce derby sur un superbe enchaînement de Mariano. Les esprits chagrins diront qu’ils s’aident de la main, mais l’enchaînement est tellement beau que c’est à mon sens totalement dans l’esprit d’accorder ce but. Un but d’ailleurs tombé de nulle part dans la mesure où Sainté avait réalisé un bon début de match. La sortie de Tousart à la mi-temps puis celle de Fekir, touché au genou, ont obligé Génésio à changer ses plans. On sentait au fil des minutes les Lyonnais de plus en plus émoussés et surtout saisis par la trouille suite à leurs nombreux points perdus après avoir mené cette saison.

Cette fatalité a rattrapé les Lyonnais en fin de match avec l’égalisation stéphanoise signée Debuchy suite à un joli mouvement collectif et un centre en retrait parfait de Cabella. Compte tenu du no man’s land derrière Sidibé au poste d’arrière droit, Debuchy qui a déjà inscrit deux buts et réalise des prestations convaincantes depuis son arrivée à Saint-Etienne, ne va pas tarder à avoir ses chances pour la Coupe du Monde. L’ancien Lillois apporte déjà beaucoup aux Verts dans le jeu et dans l’attitude, tout comme M’Vila, dont les petits dribbles de dégagement et le jeu vers l’avant sont toujours un régal.

Le mépris

Et puis en soirée, de Classico il n’y a pas vraiment eu, tant l’écart était important entre le PSG et l’OM. Paris n’a pas fait un match étourdissant, loin de là, mais la faculté d’accélération de cette équipe lui permet de se sortir de toutes les situations. L’enchaînement dribble intérieur et frappe du gauche de Mbappé sur l’ouverture du score va à toute vitesse, le déboulé de Rabiot qui centre pour Neymar et amène le CSC de Rolando, ça va à toute vitesse. Et je ne parle pas de l’incroyable raid de Neymar côté gauche qui centre pour Cavani dont l’enchaînement contrôle-frappe est supersonique.

Même si Marseille a toujours essayé de jouer, il y avait trop d’écart. Et le secteur offensif olympien a trop souffert de la comparaison. Thauvin a eu beaucoup de mal a exister, Germain n’a pas été servi… L’OM qui peut en outre s’estimer heureux de ne pas avoir terminé ce match à dix puis à neuf. Parce que franchement, la semelle d’Ocampos sur Alves mérite le rouge et la charge de Njie sur Marquinhos est totalement gratuite. Ce match assez nerveux promet des retrouvailles rythmées mercredi, même si on peut supposer que les deux coaches vont pas mal faire tourner.

Ce qui est sûr, c’est que Neymar ne jouera pas. Il va falloir attendre les examens pour connaître la gravité de la blessure à la cheville du Brésilien et surtout savoir si les ligaments sont touchés. Dans le pire des cas, il pourrait manquer la Coupe du Monde. Dans le meilleur, il pourrait être rétabli pour le match retour face au Real. En tout cas, ceux qui sur les réseaux sociaux, se réjouissent de la sortie sur civière de Neymar n’aiment juste pas le football et ne méritent que le mépris.

Pierrot