dvd
Un bravo pour Ajaccio
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Cette dernière journée de Ligue 1 de l’année a donc vu Sainté battre péniblement Angers, Lyon poursuivre sa chute à Ajaccio et Marseille et Bordeaux se séparer sur un nul qui n’arrange personne. Rideau, à l’année prochaine.

C’est ce qu’on appelle un paradoxe. Alors que Saint-Etienne, Lyon, Marseille et Bordeaux jouaient hier dimanche, l’équipe qui a donné le plus de plaisir au courageux téléspectateur qui s’est infusé les trois matchs, c’est le Gazélec Ajaccio. Les Corses ont battu le fantôme de l’Olympique Lyonnais et démontrent semaine après semaine qu’avec de l’envie, des joueurs aguerris comme Ducourtioux, Bréchet ou Mangane et un niveau technique finalement très correct, on peut faire de belles choses.  

Le Gaz est aujourd’hui décomplexé et a compris que c’est souvent en jouant au foot qu’on peut obtenir des résultats. Alors c’est vrai que la tâche leur a été grandement facilitée par cette défense lyonnaise à trois totalement inepte. Inepte parce que c’est quand même dommage de ne toujours pas avoir compris que Gonalons n’a pas les qualités pour jouer défenseur central. Il est fort en sentinelle, à la récup’, mais pas au duel. Et il est responsable sur les deux buts de Larbi. Et encore, les Lyonnais peuvent s’estimer heureux que l’ouverture du score signée Ducourtioux sur corner ait été refusée pour une faute assez difficile à voir sur Koné. 

Il est désormais assez évident au vu de ses déclarations d’après-match que Jean-Michel Aulas va changer son staff pendant la trêve. Les options externes crédibles n’étant pas légion, on parle d’une solution interne avec un attelage Baticle-Génésio, peut-être accompagné de Sonny Anderson. Ce qui est sûr c’est qu’il faut absolument changer quelque chose parce que si Lyon n’est pas encore décroché au classement, il vient quand même de perdre cinq de ses six derniers matchs.

Quand il ne marque pas, il n’existe pas

De son côté, Saint-Etienne a arraché la victoire face à Angers grâce à un but de Corgnet sur lequel Maupay, sans jamais toucher le ballon, pousse la défense angevine à un dégagement incertain. Maintenant, quel regret de voir le SCO s’auto-caricaturer dans ce match, puisqu’il a fallu attendre que les joueurs de Moulin soient menés au score pour les voir jouer un tant soit peu au foot. Ils ont d’ailleurs montré qu’ils pouvaient se créer des occasions, avec notamment cette frappe sur la barre de Sissoko en toute fin de match. 

Malgré cette défaite dans le Forez, Angers reste sur le podium mais va devoir faire face à deux écueils lors de la phase retour. D’abord, tout le monde est prévenu et l’effet de surprise ne va donc plus jouer. Et puis, le mercato va peut-être apporter des sous dans les caisses du club mais il va aussi priver l’équipe d’éléments majeurs tels que Butelle ou N’Doye. C’est un choix stratégique de club. Quand on joue le maintien et qu’on a déjà 31 points à la trêve, peut-être que l’idée de prendre de l’avance sur le plan financier n’est pas idiote. C’est un dilemme, mais les dirigeants angevins étant intelligents dans ce domaine, on va attendre de voir.

Enfin en soirée, on a eu droit à un match assez pathétique entre Bordeaux et Marseille. En même temps, c’était le 14e qui recevait le 10e, c’était donc un peu écrit sur le menu. On a vu très peu de football, un but de la tête de Romao sur lequel personne ne saute et une égalisation bordelaise dans la minute qui a suivi, sur une belle action de Khazri et un une-deux avec Crivelli. Mais le reste du match n’a été qu’approximations. 

A Marseille, à part Barrada, personne dans le secteur offensif ne sait faire de passes apparemment. Avec un Batshuayi qui est en train de devenir une caricature : lui, dès qu’il a la balle, il tire ou cherche à tirer. Du coup, quand il ne marque pas, il n’existe pas. Je ne sais pas comment va se passer le mercato marseillais, mais il y a des choses à faire parce que, si le parcours olympien à l’extérieur est plus que correct, c’est à domicile que ça va se jouer et sur ce qu’on voit de l’animation offensive, c’est loin d’être gagné. 

Pierrot

PS : On se retrouve le 26 décembre pour l’équipe-type de la mi-saison, le jour où j’irai faire un coucou à Riyad Mahrez juste avant Liverpool-Leicester.