Toulouse y croit encore
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Deux équipes ont entamé une course-poursuite ces dernières semaines. L’une dans le haut du classement, Lyon. L’autre dans le bas, Toulouse. Les deux ont réussi un excellent coup lors de cette 33e journée.

Dans sa quête de la deuxième place directement qualificative pour la Ligue des Champions, l’OL s’est imposé somme toute assez tranquillement à Montpellier, même si Lopes a dû se montrer plusieurs fois assez vigilant. Le MHSC était trop friable sur le plan défensif et, sous l’impulsion d’un excellent Lacazette à la création, Cornet a claqué un doublé et permis à Lyon de mettre une pression terrible sur Monaco, qui a en plus un match difficile à jouer dimanche à Lille. Ce match aura aussi permis à Nabil Fekir de faire son retour. Une bonne nouvelle pour lui, et on l’espère très vite pour Lyon et pour le football français.

Dans l’après-midi, la réserve du PSG s’est imposée à Guingamp sur un doublé de Lucas, au terme d’un match presque totalement dépourvu d’intérêt. En grande partie parce que les Parisiens avaient aligné une équipe sans automatisme et sans beaucoup de cohérence offensive. Le premier acte a été assez décevant du côté parisien, avec en plus ce choc sur lequel Kurzawa se pète le nez et Trapp se fait une béquille qui l’obligera à laisser sa place à Sirigu au retour des vestiaires. 

Et puis après le repos, les champions ont fait la différence avec un bon Stambouli en position de sentinelle, un bon Ongenda devant et un Lucas qui, sans être étourdissant, a transformé son péno et signé un joli but. Côté breton, je reste assez dubitatif. Guingamp avait en effet l’occasion de prendre au moins un point face à une équipe du PSG remaniée et qui avait la tête ailleurs. Or, je n’ai pas senti une rage de vaincre terrible chez les hommes de Gourvennec, ce qui est tout de même pas mal contrariant vu le calendrier assez compliqué qui les attend.

Enorme Ben Yedder

En soirée, la seule équipe de haut de tableau à l’ouvrage, à savoir Saint-Etienne, a petitement battu Troyes grâce à un but de Maupay. Et puis j’en parlais en ouverture de ce post, le Téfécé a signé sa troisième victoire au Stadium sous l’ère Dupraz. Une victoire éclatante face à des Bastiais qui ont cédé après l’expulsion de Cahuzac, avec un match énorme de Ben Yedder (deux buts, deux passes décisives) et un très bon Braithwaite, ce qui prouve que même quand on joue le maintien, c’est quand même mieux de le faire avec ses attaquants plutôt que de les faire jouer alternativement, voire pas du tout. Le miracle aura lieu si les Toulousains parviennent à confirmer à Lorient la semaine prochaine. 

Les Merlus qui ont atteint la barre des 42 points grâce à leur succès à Caen. Même s’ils ont souffert en fin de rencontre, les Morbihannais ont bien géré leurs deux buts d’avance, qui auraient pu être quatre ou cinq si Vercoutre n’avait pas sorti le grand jeu. Le FCL est donc sauvé mais demeurera une déception, avec une irrégularité patente tout au long de la saison. C’est également le cas de Caen, qui alterne le bon et le médiocre depuis le début de l’année 2016.

A part ça, on notera la victoire au forceps - sur un coup-franc détourné de De Preville - de Reims sur Nantes. Une victoire très importante au cours de laquelle le Stade a étalé  son visage bipolaire : des qualités offensives indéniables, avec une participation au jeu de toutes les lignes, et une faiblesse défensive qui est la cause principale de son mauvais classement cette saison. Si Reims a le bonheur de se sauver, on sait que c’est derrière que le club devra se renforcer. Car on ne peut rester sur le long terme en Ligue 1 avec une défense pareille.  

Pierrot