Toulouse – Marseille : la victoire, un besoin vital
L’affiche de la 29e journée de Ligue 1 oppose, ce dimanche soir (21h, Canal +), le TFC et l’OM au Stadium de Toulouse. Deux clubs qui sont dans l’obligation de gagner pour ne pas se retrouver dans une situation délicate. La peur de la descente pour les Violets, le rêve de Ligue des champions pour l’OM.

Si les Olympiens étaient tentés de se complaire dans leur méforme du moment, la forme actuelle du rival monégasque devrait réveiller les hommes de Rudi Garcia. Le club de la Principauté est désormais lancé vers la deuxième place avec 7 points d’avance sur l’OM depuis la victoire acquise à Strasbourg vendredi (1-3). Pour l’OM, qui a connu plusieurs désillusions depuis le début de l’année 2018, il n’y a plus de temps à perdre et les phocéens doivent à nouveau enclencher une série positive s’ils veulent continuer à disputer l’accession directe à la Ligue des champions et la 2e place à Monaco. Les joueurs semblent en avoir conscience, à l’instar de Sakai : « Ils font forte impression mais on doit les rattraper, c’est possible, mais il faut gagner tous les matches et espérer un faux pas de leur part » et c’est peut-être là le problème puisque Marseille a déjà cédé du terrain le week-end dernier après le match nul au Vélodrome face à Nantes (1-1). Et puis en plus de regarder devant, l’OM doit également avoir un œil sur Lyon, pas bien reluisant en ce moment, mais que l’OM n’arrive pas à mettre à distance et qui reste donc à portée des Olympiens.

Le déplacement à Toulouse, ce dimanche soir, est donc extrêmement important pour l’OM, d’autant plus que les deux Olympiques s’affronteront le week-end prochain au Vélodrome. Mais en plus de l’enjeu comptable immédiat, certains joueurs doivent retrouver la forme qui était la leur en fin d’année 2017. Je pense à des joueurs comme Valère Germain, en difficulté face au PSG puis invisible face à Nantes, ou encore Morgan Sanson, Jordan Amavi et Adil Rami moins impériaux en 2018. La victoire acquise il y a trois jours face à l’Athletic Bilbao a certes redonné de la confiance aux phocéens, mais il semble difficile d’en tirer des conclusions sportives puisque l’équipe basque est en difficulté dans son championnat cette année. Et ce dimanche soir, Toulouse jouera une partie de son avenir face à l’OM.

Toulouse va mieux mais …

Depuis l’arrivée de Mickaël Debève sur le banc toulousain il y a moins de deux mois, le TFC semble avoir retrouvé des couleurs sans pour autant pouvoir respirer sur le plan comptable. Avant la réception de l’OM, Toulouse pointe à la 17e place du classement, un petit point seulement devant Troyes, barragiste, et Lille 19e. Le management du nouvel entraîneur n’a pas grand-chose à voir avec son prédécesseur Pascal Dupraz et le groupe semble avoir retrouvé de l’envie. Avec deux victoires face à Troyes et Nice, des nuls face à Amiens Monaco et Metz, et une courte défaite face au PSG, les Toulousains ont retrouvé des couleurs mais sont encore loin d’être sorti d’affaire. Lors du nul face à Monaco (3-3) les joueurs de Debève ont montré des ressources mentales insoupçonnées et il faudra mettre les mêmes ingrédients face à l’OM pour espérer l’emporter pour la première fois face à l’un des membres du top 3.

Pour ce faire, Debève et ses joueurs ont demandé le soutien d’un Stadium qui a l’habitude de se parer des couleurs phocéennes lors des rencontres entre ces deux clubs dans la ville rose : « Que les supporters s'habillent en violet et fassent un maximum de bruit, histoire d'effacer les fans marseillais ». Et il faudra au moins ça pour faire vaciller des joueurs marseillais qui pourraient commencer à ressentir l’accumulation des matches et l’absence de leur joueur clé, Florian Thauvin. Une victoire des Violets et le sprint final sera abordé de la meilleure des manières, avec une confiance décuplée et surtout un petit matelas sur la zone rouge. Cela renverrait les Marseillais à une fin de saison plus tendue, dont la 3e place sera disputée par Lyon. Une hypothèse que n’imaginent pas une seule seconde les Olympiens.

Emmanuel Trumer