Soirée portes ouvertes à Manchester
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Je vois tout le monde s’extasier sur le « match de l’année ». Ce serait oublier que, quand on a deux défenses à la ramasse, ça aide quand même à faire du spectacle…

Je ne voudrais passer pour un pisse-froid, mais après ce City-Monaco que certains qualifient déjà de « match de l’année », j’aimerais quand même rectifier quelque chose : oui, c’est incontestable, cette rencontre à huit buts était ultra-spectaculaire et on en reprend tous les jours. Maintenant, l’analyse ne résiste pas au constat de la faiblesse abyssale des deux défenses.

Alors effectivement - et peut-être encore plus du côté de City que de Monaco -, les deux équipes ont joué tout pour l’attaque. Guardiola avait ainsi aligné trois attaquants plus De Bruyne et Silva au milieu, soit cinq joueurs à vocation très offensive devant une défense très médiocre. Si on peut faire deux reproches aux Monégasques, c’est un, de ne pas en avoir profité offensivement et deux, d’avoir été si fébrile derrière, notamment sur coups de pied arrêtés en fin de match. 

Monaco qui avait pourtant bien réagi à l’ouverture du score de Sterling, d’abord en égalisant d’une tête plongeante somptueuse de Falcao, avant de prendre l’avantage sur le premier but en LdC du phénomène du foot français qu’est Mbappé, éblouissant pendant les 80 minutes qu’il a passées sur le terrain. 

Lob et fessée

L’ASM était donc en position idéale au repos, mais à la reprise, le match a basculé en sept minutes. Falcao a tiré trop mollement le péno du 3-1 avant qu’une énorme faute de main de Subasic n’offre l’égalisation aux Skyblues. Le Colombien s’est racheté dans la foulée avec un lob sublime qui redonnait l’avantage à son équipe, mais le mal était fait. 

Il restait alors une demi-heure et les Azuréens ont totalement explosé physiquement, à l’image de Bakayoko, de Fabinho, de Sidibé ou de Raggi. Et ils ont encaissé les buts comme à la parade : une volée d’Agüero laissé seul par Sidibé sur corner, une reprise de Stones à la réception d’une déviation de la tête de Touré encore sur corner, et le coup de grâce signé Sané sur un bon service d’Agüero.

Voilà, les Monégasques repartent donc de Manchester avec deux buts de retard. Cela reste jouable, vu le nombre de fessées qu’ils ont administrées à Louis II cette saison. Le problème c’est que City viendra pour attaquer et qu’il ne faudra pas prendre de buts. Ou peu. Ce qui s’annonce compliqué. A moins que le scénario de ce match aller complètement fou se répète, dans l’autre sens.  

Pierrot