Si Rennes le veut...
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Sans bruit ou presque, le Stade Rennais se rapproche match après match du podium. Avec son effectif bien garni, le club breton a les moyens de s'installer durablement en haut du classement. A contrario, Montpellier et Reims sont toujours obligés de regarder derrière.

La journée a commencé vendredi par un Nice - Angers animé surtout après le match suite à la déclaration d'Hatem Ben Arfa. Sans aucune colère ni agressivité, ironie ou melonite aigüe, il a dit qu'il avait un peu de mal à comprendre comment on pouvait prendre du plaisir à Angers. J'avoue que je partage sa position et je le dis depuis un petit moment. Si le SCO a perdu suite à deux penaltys et que le deuxième me parait sévère, c'est vrai que cette équipe n'est pas très folichonne. Voir un bus blanc et noir se garer devant le but semaine après semaine, c'est profondément lassant. Alors on me répondra que ça marche, que les Angevins sont sur le podium et qu'il y a des équipes qui ont plus de budget qu'eux. Tout est vrai mais moi, quand je suis devant ma télévision, j'ai envie de zapper et de regarder Julie Lescaut. 

Ce samedi après-midi, on a eu le droit à un bon pansement du PSG, à Toulouse. Les Parisiens ont été bien secoués en première période par des Violets organisés en 3-5-2, bien regroupés derrière, agressifs dans la récupération du ballon et très vite sur le porteur. Les locaux se sont créés quelques belles situations, notamment avec la frappe sur la barre de Ben Yedder. Après, c'est toujours la même chanson, le PSG avait 70% de possession de balle à la mi-temps. En deuxième période, les Toulousains, qui pensaient sans doute avoir laissé passer leur chance, se sont montrés beaucoup plus timorés. Un but d'Ibra sur un corner a finalement fait le bonheur du PSG. Loin d'être flamboyant, le club de la capitale a surtout été contrarié par les blessures de Pastore et Marquinhos, même si on peut supposer que le Brésilien n'a pris aucun risque en sortant rapidement. Il faut avoir en tête que le PSG attaque une série de sept matchs en dix-huit jours, ce qui n'a pas beaucoup de sens. Des rencontres loin d'être fun, on risque d'en voir quelques unes dans les semaines qui viennent, d'autant que maintenant, Laurent Blanc et les siens sont clairement tournés vers Chelsea. 

 

Bordeaux refait surface, Montpellier rechute

Le samedi soir n'a pas été désagréable, loin de là. Je n'ai pas vu toutes les rencontres en intégralité mais nous avons eu le droit à quelques matchs spectaculaires. Bordeaux a infligé à Antonetti sa deuxième défaite depuis qu'il entraîne Lille grâce à un joli but de la tête de Diabaté. Sans bruit, les Girondins viennent de remporter deux victoires de suite, ils ne prennent pas de but et ont également retrouvé un Diabaté efficace. Ce n'est toujours pas la fête au village mais les résultats sont bien meilleurs. 

Quant à Bastia, la mono-saison continue. En grosse difficulté à l'extérieur, les Corses sont intraitables à Furiani. Un but de la tête d'Ayité a suffi à faire plier une équipe de Montpellier qui a bien du mal à digérer le départ de Rolland Courbis puisqu'elle a attaqué l'année 2016 avec deux défaites, sans marquer le moindre but. 

Des buts, il y en a eu lors de Guingamp-Nantes. Les hommes de Gourvennec menaient 2-0 et se sont faits rejoindre dans les arrêts de jeu par Nantes. Longtemps hors-sujet, les Canaris ont su réagir au bon moment. De son côté, Reims, grâce à un très beau doublé de De Préville, espérait repartir avec trois points et un peu d'espoir d'Ajaccio mais les Gaziers n'ont rien lâché. Ils ont eux-aussi réussi à prendre un point qui fait bien plus leur bonheur que celui des Champenois. 

 

Le moment de prendre des risques

Mais dans cette soirée, j'ai surtout suivi le match de Rennes contre Troyes. Avec la titularisation de Boga et l'éclosion de Dembélé, l'équipe de Philippe Montanier a enfin des arguments offensifs importants. Comme la semaine dernière contre Lorient, les Rouge et Noir ont rapidement été menés suite à deux très belles réalisations de Fabien Camus et Corentin Jean. Seulement, les Rennais ont des capacités offensives que ceux qui ne les suivent pas ne peuvent pas réellement soupçonner. Alors c'est vrai que contre les Aubois, il y a eu deux penaltys et que le premier me semble un petit peu sévère. Seulement Rennes s'est créé énormément d'occasions et Dembélé a l'air d'être un joueur plus qu'intéressant.

Dans un championnat où personne n'arrive vraiment à s'extirper d'un magma qui va quasiment de la 2ème à la 17ème place, il est légitime de penser que Rennes a un coup à faire. Quand on voit que Quintero et Gourcuff ne jouaient pas, que Ntep est rentré à la fin de la rencontre, on se dit que si Rennes le veut, cette équipe peut se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions. Mais le vouloir, ça veut dire prendre le risque de vraiment tenter des choses. Rennes peut finir deuxième ou troisième du championnat mais en jouant à fond, il est aussi possible que le club termine à la huitième ou à la neuvième place. Pour moi, ça vaut clairement le coup et le choix est vite fait. Lorsqu'il est au complet et qu'il a cette volonté de jouer vers l'avant, l'effectif breton me parait très nettement supérieur à 75% des équipes de Ligue 1. Mais encore une fois, il faut que les joueurs soient convaincus et qu'ils fassent tous les efforts possibles pour y arriver. Il est également impératif que Montanier prenne les risques nécessaires pour y parvenir, ce qu'il n'a pas toujours fait depuis qu'il est sur le banc breton. 

 

Pierrot