Seul l'OM avance
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Avec sa victoire tardive à Valenciennes, l'OM a pris seul les commandes de la Ligue 1. Derrière, Monaco et Lyon ont laissé des plumes lors de cette 3e journée.

Comme je n'ai pas l'habitude de vous mentir - et de toute façon ceux qui me suivent sur Twitter ont pu s'en apercevoir - je suis actuellement dans les Pyrénées où je tourne dans un petit village le film de Stéphane Meunier ("Les yeux dans les Bleus"), qui s'intitulera "Saint-Loin-la-Mauderne". Autant vous dire que je n'ai donc pu me nourrir que de Jour de foot pour pouvoir vous parler de cette première partie de la 3e journée de Ligue 1. Je serai évidemment de retour à Paris ce soir pour le CFC.

La grande leçon de cette troisième journée, c'est qu'il n'y a qu'une équipe à trois victoires en attendant Sainté demain, et cette équipe, c'est l'OM. Marseille qui n'avait pas oublié la grosse déculottée reçue à Valenciennes l'an dernier et qui a bien réagi au terme d'un match assez équilibré en terme d'occasions. Et c'est peut-être au moment où les Phocéens étaient le plus en difficulté qu'ils ont remporté ce match sur un but de chasseur signé Gignac après une tête d'Ayew repoussée d'une parade médiocre par Penneteau.

D'ailleurs ce qui est frappant quand on voit cette journée par le prisme des résumés, c'est de constater le nombre ahurissant de fautes défensives. A Guingamp, le premier but de Yatabaré survient après une énorme erreur d'appréciation d'Ecuélé-Manga, à Evian la (magnifique) réduction du score de Bérigaud intervient après une touche et un ballon perdu par les Rennais, à Montpellier le but vainqueur de Tiéné arrive grâce à un très vilain dégagement bien foiré de Peybernes, bref il y a eu des fautes défensives de partout et c'était déjà un peu le cas lors de la précédente journée.

Gomis ? Il fallait y penser avant !

Des fautes défensives, il n'y en a pas eu beaucoup vendredi soir lors de Monaco-Toulouse dans un Louis II rendu atone par le huis clos. Un match où les Monégasques se sont montrés assez décevants face au porc-épic toulousain. Les hommes de Ranieri ne se sont procurés que deux grosses occasions : celle de Rivière et la frappe extraordinaire de Toulalan sur la transversale. C'est peu et c'est le premier couac pour l'ASM. Entre ce match nul concédé face à Toulouse et celui du PSG contre Ajaccio, il y a un monde d'écart en terme de prestation et de nombre d'occasions.

Et puis évidemment, on guettait tous un peu la réaction de Lyon après la terrible défaite en tour préliminaire de Ligue des Champions face à la Real Sociedad. C'a été un match un peu étrange, avec cette coupure de 45 minutes pendant la mi-temps suite aux énormes orages qui se sont abattus sur la région lyonnaise et ont perturbé la rencontre.

Les Lyonnais qui ont dominé le match de la tête et des épaules - notamment en seconde période -, ont frappé la barre par Lacazette, raté un penalty par Grenier et qui ont fini par encaisser un but et perdre le match sur une frappe de Fortès, le étant ballon détourné et soulevé par Bisevac avant d'aller mourir dans la lucarne opposée.

Ca donne une très sale semaine pour l'OL, avec deux matches sans marquer à Gerland à quatre jours d'intervalle. Il est bien évident que le souci de cette équipe est offensif. On peut me raconter tout ce qu'on veut, on ne peut pas envisager de faire une saison satisfaisante en Ligue 1 et en Coupe d'Europe avec l'effectif offensif actuel de l'OL. Certains me diront : "Il y a Gomis". Oui, mais il fallait peut-être y penser avant. Parce que, comme disait l'autre, "gouverner c'est prévoir".

Pierrot