Russie – France : gagner pour convaincre
L’Equipe de France se déplace en Russie pour y affronter le pays hôte de la prochaine Coupe du monde. Un deuxième test après l’échec face à la Colombie et surtout la dernière occasion de rassurer les sceptiques avant l’annonce de la liste, le 15 mai prochain. En cas de contre-performance, les doutes risquent de s’accentuer autour de l’un des favoris.

Les Bleus ont laissé leurs supporters sur un goût terriblement amer après la défaite, vendredi dernier, face à la Colombie. Une nation, certes 13e au classement FIFA, mais qui possède moins de talent que l’Equipe de France, hormis James Rodriguez et Radamel Falcao. Depuis cette défaite lors du premier match de préparation à la Coupe du Monde, c’est surtout l’inquiétude d’avoir perdu contre une équipe qui ressemble au Pérou, futur adversaire des Bleus lors de la phase de groupes qui prédomine, mais il y a également une drôle d’idée qui germe depuis cette défaite : les Bleus ne seraient alors pas favoris du prochain Mondial. Pardon ? Allons-bon, quart de finaliste lors de la Coupe du monde 2014, finaliste lors de l’Euro 2016, les Bleus possèdent une génération enviée par la planète entière. Les Bleus doivent aller loin en Russie et c’est exactement pour cela que les attentes sont lourdes autour de l’Equipe de France.

Nul ne sert de revenir sur la situation qui a précédé l’Euro et l’état d’urgence dans lequel Didier Deschamps a dû se passer des services de Karim Benzema et construire son groupe. La finale, même perdue, a fait office d’espoir et la France devait ensuite se lancer avec une grande ambition et une nouvelle génération vers la Coupe du monde en Russie. Benzema n’est toujours pas là, deux ans après, et les Bleus ne sont pas plus avancés. Cela ne sert à rien de refaire le débat, puisqu’il est acquis que Benzema ne sera pas en Russie, dans trois mois, et l’affaire personnelle qu’en a fait Didier Deschamps reste en travers de la gorge de bon nombre d’amoureux de l’Equipe de France. Oui il faut soutenir les Bleus comme le demandent Paul Pogba et Antoine Griezmann, oui il faut accepter les choix de Didier Deschamps comme le demande la Fédération, mais personne n’est dupe et tout le monde parfaitement conscient de la matière dont dispose le sélectionneur. Eric Cantona est aujourd’hui le seul à regretter sa non-participation en 1998 pare que les Bleus ont gagné. Il ne reste plus qu’à espèrer que Deschamps puisse également déclarer : « Je ne vous le pardonnerai jamais » après le Mondial russe. Comme Aimé Jacquet à l’époque.

Il y a urgence à rassurer

Face à la Russie, ce mardi, les enjeux de cet « amical » qui n’y ressemble plus sont nombreux et les Bleus seront scrutés. Il faut espérer que Wissam Ben Yedder aura sa chance, d’une part pour essayer de trouver des alternatives devant en l’absence sur blessure d’Alexandre Lacazette, mais également parce que lorsque Kyllian Mbappé est positionné seul devant dans le 4-3-3 du PSG, il ne pèse pas assez. Didier Deschamps se dirige vers un 4-3-3 face à la Russie et il faut espérer que malgré les tâtonnements tactiques, il sera possible de déceler quelques bonnes nouvelles, chose extrêmement délicate après la rencontre face à la Colombie excepté Thomas Lemar et N’golo Kanté.

Paul Pogba doit s’affirmer comme un leader, les Bleus en ont besoin et malgré sa saison très moyenne avec Manchester United, il peut la sauver avec la Coupe du monde. Aujourd’hui, en Russie, Pogba doit montrer qu’il sera l’un des leaders dans moins de trois mois. Et si certains sont déjà surs de participer au prochain tournoi, d’autres peuvent encore marquer des points comme Lucas Hernandez, Benjamin Pavard, Anthony Martial, ou Ousmane Dembélé). Ces joueurs devront d’une part gagner pour dégager l’horizon des Bleus mais également le leur. Et la performance des Bleus sera scrutée face à un faible adversaire, 63e nation au classement FIFA et qui se trouve dans une situation sportive délicate. Mis à part Dzagoev, le joueur qui a éliminé Lyon avec le CSKA Moscou, je ne vois pas bien comment cette équipe russe peut mettre en danger les Bleus, qui ont la posibilité de changer sept titulaires et d’aligner une équipe extrêmement compétitive. La France ne doit plus se cacher, l’un des favoris au prochain Mondial est désormais attendu.

Emmanuel Trumer