Rennes peut vraiment y croire

Posté par Pierre Ménès le 7 Mars 2019

Pas de doute, on est vraiment dans la semaine des surprises. Qui aurait pu imaginer que Rennes se présenterait dans une semaine à l’Emirates Stadium avec deux buts d’avance ? Encore moins après le début de match, lorsqu’Arsenal a ouvert le score avec beaucoup de réussite sur ce centre enroulé d’Iwobi qui s’est transformé en frappe gagnante avec l’aide du poteau. Une entame rennaise timorée - un peu normal vu l’événement pour le club - mais petit à petit, les Bretons ont sorti la tête de l’eau. Grenier et Ben Arfa ont inquiété Cech sur coup-franc, avant ce moment-clé du match qu’a constitué l’expulsion de Papastathopoulos. Un deuxième carton jaune assez sévère car la faute du Grec, si faute il y a, me semble minime. 

La conséquence a été immédiate puisque Bourigeaud, après avoir vu son coup-franc repoussé par le mur, a envoyé une reprise absolument sublime dans la lunette. En supériorité numérique, toujours très rationnels dans leurs déplacements, les Rennais ne se sont pas jetés comme des bourricots (ou plutôt des Bourigeaud, ho ho ho) à l’abordage et ont continué à jouer de façon intelligente en déplaçant le bloc londonien et en exploitant de plus en plus la vitesse de Sarr côté droit. Une organisation cohérente qui est une constante depuis que Stéphan a pris en main cette équipe. 

Et à l’issue d’un long temps fort ponctué de plusieurs frappes très dangereuses, Rennes a pris l’avantage avec de la réussite sur une action assez invraisemblable : après une double frappe ratée de Sarr puis Bensebaini, le ballon est revenu sur Zeffane dont le centre au premier poteau a été détourné dans son propre but par Monreal. Par la suite, on sentait clairement les Bretons capables de marquer le troisième but et j’ai été étonné de voir Stéphan sortir Bourigeaud, sans doute le meilleur Rennais sur le terrain, pour faire entrer Léa-Siliki. 

Mais le coach des Rouge et Noir a eu tout bon puisque Léa-Siliki est magnifiquement entré dans le match et a délivré un centre parfait pour la tête plongeante de Sarr. Une victoire qui permet au Stade Rennais d’aller à Londres jeudi prochain avec deux buts d’avance, ce qui ne sera pas de trop. Car si les équipes d’Emery ont la constante et fâcheuse habitude de perdre plus que de raison à l’extérieur - c’était le cas à Séville, dans les grands matchs au PSG et ça n’a pas changé depuis son arrivée à Arsenal - elles peuvent se montrer redoutables à domicile. Mais c’est avec de vrais espoirs de qualification que les partenaires d’André se rendront dans la capitale anglaise. Et c’est déjà un exploit qui mérite d’être souligné, surtout après la triste soirée de mardi…

Pierrot