Rennes passe le cap
Posté par Pierre Ménès le 3 Mars 2018

Il y avait deux matchs vendredi soir, à 30 km l’un de l’autre d’ailleurs - encore une incongruité - qui se sont soldées par deux victoires 2-1 pour les équipes jouant à domicile. Nice a battu grâce à un joli but de Cyrprien en fin de match une équipe de Lille qui commet beaucoup d’erreurs défensives et qui a juste eu la bonne idée de marquer sur son premier tir cadré. Ce LOSC est dans une situation de plus en plus difficile et en cas de descente, nul ne sait ce qu’il adviendrait du club sur le plan financier. C’est peut-être une quasi disparition qui est en jeu…

Tout près de là, Monaco n’a pas fait un match étourdissant loin de là face à une équipe bordelaise qui a ouvert le score contre le cours du jeu par Vada. Les Monégasques ont raté pas mal de grosses occases mais Jovetic, bien servi par Lemar, a égalisé et puis, avec patience et sans panique, l’ASM a pris l’avantage par Rony Lopes. Voilà, c’est important aussi de savoir gagner des matchs sans bien jouer. C’était le cas de Monaco, qui va regarder ce qui va se passer à Montpellier et à Marseille avec sérénité.

Samedi, on attendait un peu Rennes au tournant puisqu’il s’agissait d’un « match-bascule » et que c’est en général à ce moment-là que les Bretons ont la fâcheuse habitude de se planter. Ils ont pu faire craindre le pire en jouant extraordinairement bas dans le premier quart d’heure mais Koubek a été bien inspiré deux fois de suite face à Lacina Traoré. Et puis peu avant la pause et dans la même minute, Khazri a d’abord envoyé un coup-franc sur la barre puis a ouvert le score en solitaire. Les Rennais étaient ensuite trop solides défensivement pour des Amiénois qui n’ont quand même pas beaucoup d’idées sur le plan offensif. Rennes se retrouve donc 5e et, compte tenu des matchs difficiles qui attendent Nantes et Montpellier, pourrait l’être encore dimanche soir.

Angers, la bonne affaire

Metz a plutôt fait un bon match face à Toulouse, menant au score sur un remarquable but de la tête de Roux, mais les Lorrains ont ensuite beaucoup reculé et n’ont pas été aidés par l’expulsion totalement justifiée de Palmieri pour un tacle lancé et les deux pieds décollés du sol sur Gradel. Un tacle hors du temps. En supériorité numérique et à force de pousser, Toulouse a fini par égaliser par Amian. C’est un point intéressant pour les Toulousains, beaucoup moins pour les Messins qui restent décrochés.

Ceux qui font la bonne opération chez les candidats au maintien, ce sont les Angevins, qui ont facilement battu une pâle équipe de Guingamp. Tait à ouvert le score avant que Toko-Ekambi - un attaquant qui jouera sûrement dans un club plus huppé la saison prochaine - ne marque son but quasi-hebdomadaire. Cela fait donc deux victoires consécutives pour le SCO qui se replace à la 14e place. Rien n’est encore acquis évidemment, mais cela va quand même nettement mieux qu’il y a quelques semaines en Anjou.

Et puis on a eu droit à un vrai bon match à Geoffroy-Guichard, où Sainté a été contraint de revenir deux fois au score face à un DFCO qui est l’une des équipes de Ligue 1 que je prends le plus de plaisir à voir jouer. Ils n’ont pourtant pas beaucoup de moyens et encore moins de grands joueurs, mais ils jouent au foot, développent un jeu très cohérent et marquent des buts. Tavares fait une super saison au poste d’avant-centre, c’est d’ailleurs lui qui a ouvert le score. Beric a raté un penalty avant de marquer le premier but de la tête des Verts depuis le début de la saison. Saïd a redonné l’avantage à Dijon, Beric égalisant une nouvelle fois d’une frappe puissante qui a surpris Reynet car elle passe entre les jambes de Djilobodji. C’est un bon résultat pour Dijon et un petit coup d’arrêt pour Sainté. Mais la qualité globale du match est tellement supérieure à ce qu’on voyait dans le Forez il y a quelques mois que ce n’est pas bien grave.

Avant les matchs du soir, le PSG passait son dernier « test » à Troyes, avec une équipe chamboulée entre les absents et les joueurs mis au repos en prévision du match de mardi. On se demandait un peu comment Paris allait marquer un but si Di Maria ne marquait pas. Di Maria a marqué. D’un très joli ballon piqué sur un service de Draxler. Nkunku, hors-jeu au départ a inscrit le deuxième but, mais comme Daniel Alves a lui aussi marqué en fin de match et que le but a été refusé alors qu’il était couvert de deux mètres par un défenseur, cela revient au même. Bref, rien à signaler avant le Real, si ce n’est qu’il n’y a pas eu de blessé. Cela suffit sans doute au bonheur des Parisiens.

Pierrot