Rennes a vaincu la lose

Posté par Pierre Ménès le 13 Décembre 2018

Rennes a donc saisi sa chance. Les Bretons se sont qualifiés pour les seizièmes de finale en dominant Astana 2-0 grâce à un doublé de Sarr. L’attaquant sénégalais a bien repris un penalty de Bourigeaud détourné par le gardien kazakh sur le poteau avant de décocher une frappe extraordinaire sous la barre. C’est son deuxième but sensationnel après celui inscrit contre Jablonec lors du premier match de la compétition. 

Le parcours rennais aura été assez chaotique mais finalement, la qualif est au bout et c’est une performance à saluer. Il ne faut pas oublier que l’équipe bretonne a gagné un match de Coupe d’Europe pour la première fois de son histoire il y a trois mois à peine (face à Jablonec). C’est aussi la troisième victoire consécutive 2-0 pour Julien Stéphan sur le banc rennais. C’est un entraîneur que j’ai eu l’occasion de rencontrer il y a quelques semaines lorsqu’il était encore coach des U19. J’avais été très impressionné par son discours et je suis persuadé qu’il va réussir. 

Les Girondins conservaient une infime chance de se qualifier mais pour cela, il fallait deux choses : que Bordeaux gagne à Copenhague et que dans le même temps, le Zénith Saint-Pétersbourg l’emporte à Prague face au Slavia. Le suspense n’a pas duré longtemps puisque les Tchèques menaient déjà 2-0 à la mi-temps. Cela n’a pas empêché les joueurs du tandem Ricardo-Bédouet de remplir leur contrat en allant arracher la victoire au Danemark grâce à un joli but en talonnade de Briand après un numéro de Karamoh côté droit. Une victoire heureuse (les Danois ont touché deux fois les montants) mais dans la lignée des dernières prestations encourageantes des Bordelais.

Et puis je n’avais pas prévu de parler du match sans enjeu de l’OM face à Limassol. Je m’attendais à ce que les Olympiens fassent preuve d’un minimum de sens de l’honneur et battent les Chypriotes au Vélodrome. D’autant plus que, Marseille ne jouant pas ce week-end, Garcia avait aligné beaucoup de titulaires. Alors évidemment, le match a été faussé dès la 7e minute avec le penalty et l’expulsion de Kamara. Mais bon, se retrancher derrière cette excuse, c’est nul. 

Le parcours de l’OM dans cette Ligue Europa (1 nul et 5 défaites) est lamentable pour une équipe qui était finaliste il y a six mois. Maintenant, on le sait, le problème de Marseille va bien au-delà de cette élimination sans gloire en Coupe d’Europe. On voit bien qu’il n’y pas plus beaucoup d’entente entre les joueurs et j’espère que le discours de Garcia passe mieux au sein de son groupe que devant les médias. Parce que ses déclarations d’après-match étaient encore invraisemblables de négation de la situation.

Il va falloir attendre (peut-être) la semaine prochaine pour avoir des confirmations de tout ça puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes, sept matchs de Ligue 1 prévus ce week-end sont d’ores et déjà annulés.

Pierrot