PSG-OM : un classico très chaud
L’affiche de la 27e journée de Ligue 1 oppose, ce dimanche soir (21h, Canal +), les rivaux du Paris Saint-Germain et de l’Olympique de Marseille. Trois jours avant une deuxième confrontation en Coupe de France, encore une fois au Parc des Princes, c’est pourtant cette rencontre de Ligue 1 qui promet le plus. Cela risque d’être chaud à plusieurs niveaux.

A Paris, l’atmosphère a quelque peu changé ces derniers jours. Depuis la défaite face au Real Madrid en huitième de finale aller de Ligue des champions en réalité. Les conséquences de cette défaite ont été aussi lourdes qu’inattendues puisque le PSG sortait d’une période prolifique et que l’optimisme régnait. Ce n’était un secret pour personne et plusieurs joueurs l’ont répété dans les médias : « pas besoin d’être amis pour gagner ». Cette phrase prend encore un peu plus d’importance depuis Madrid et la colère qui en a découlé, d’abord par la titularisation de Presnel Kimpembe à la place du capitaine Thiago Silva. Ce choix, très peu apprécié par le clan brésilien, a provoqué des remous au sein du vestiaire parisien. Comme si Kimpembe n’avait pas senti le soutien de ses partenaires après ce choix, mais d’avantage la préoccupation de perdre l’un des leurs (Silva). Les tensions nées de Madrid se sont peu à peu estompées sans pour autant être oubliées des esprits parisiens. Le crédit d’Unai Emery est à la baisse et si le retour du 6 mars face à Madrid lui servira d’ultime cartouche, une contre-performance face à l’OM serait également très mal vécue par le board parisien.

Toujours est-il que l’atmosphère s’est quelque peu dégelée depuis Madrid, de par la nécessité de continuer à avancer mais également en prévision de ce match retour face au Real. En milieu de semaine, Edinson Cavani et Angel Di Maria ont fêté conjointement leurs 30 et 31 ans (initialement prévu avant la rencontre à Madrid) dans un restaurant chic du cœur de la capitale et tous leurs partenaires étaient conviés à l’événement. Seuls deux ont manqué à l’appel : Lassana Diarra et … Presnel Kimpembe. Cette initiative prise par Cavani et Di Maria n’est surement pas anodine puisque les deux joueurs parisiens savent que les fissures sont perceptibles et qu’il ne faut pas qu’elles se transforment en séisme dans le vestiaire parisien. Face à Strasbourg pour la 1ere rencontre post Madrid, le PSG a su faire le job sans pour autant en mettre davantage. Face à l’OM c’est un tout autre d’esprit qu’il faudra afficher face à un groupe qui a bien compris les difficultés actuelles de son adversaire.

L’OM avance confiant pour afficher sa force

Au regard des statistiques, l’OM pourrait avoir toutes les craintes du monde avant de se rendre deux fois de suite sur la pelouse du Parc des Princes. Victorieux des 17 rencontres à domicile cette saison toutes compétitions confondues, avec une moyenne de 4,1 buts par match, les Parisiens semblent invincibles dans leur stade. Pourtant, s’il y a une équipe qui peut poser des problèmes au PSG c’est bien cet OM de Rudi Garcia. Meilleure équipe française derrière le PSG depuis la fin de l’été, le groupe marseillais est extrêmement solide et les difficultés que peut connaitre le vestiaire du PSG sont étrangères à ces Olympiens. Sur le terrain déjà, Garcia a réussi à créer une équipe soudée, plus combative que purement talentueuse mais qui ne concède plus grande chose à ses adversaires. L’occasion est également belle de mettre la pression sur Monaco, tenu en échec à Toulouse hier, et de se positionner comme second du PSG.

Il faudra au moins mettre les mêmes ingrédients que lors du match aller : combativité et efforts incessants, et profiter de la fébrilité parisienne pour pouvoir espérer gagner et passer devant Monaco à l’issue de cette 27e journée. La seul doute côté olympien pourrait se situer dans l’état physique des troupes puisque le match retour au Portugal, face à Braga jeudi dernier, a été intense et a sans doute laissé des traces. Pour éviter tout relâchement, les cadres olympiens se sont chargés de faire monter la pression avant ce Classique avec Payet et Germain en tête. Des piques pas si irréfléchies que cela puisque les Marseillais connaissent parfaitement les eaux troubles qui agitent actuellement la Capitale. Cela ressemble également à un pari risqué puisque nul doute que ces phrases seront dans les esprits parisiens au coup d’envoi de ce match. Paris pourrait s’apparenter à un mort, tel que l’était le Real Madrid avant le match aller face au PSG. A charge pour l’OM de ne pas relancer un mort.

Emmanuel Trumer