Pays-Bas - France : l'analyse
Posté par Pierre Ménès le 17 Novembre 2018

C’était à prévoir. Il fallait bien que les Bleus finissent par perdre un match. Mais c’est finalement très logique. Il faut voir les matchs qu’a disputé l’équipe de France depuis la finale de la Coupe du Monde : la prestation exceptionnelle d’Aréola en Allemagne, l’Islande qui mène 2-0 à Guingamp, la victoire à l’arraché sur les Pays-Bas au Stade de France, l’Allemagne qui mène au score avant de perdre sur la fin… Depuis son titre planétaire, cette équipe balbutie son football. Si on peut appeler ça du football. 

Hier soir, Deschamps avait bâti une équipe pour subir, avec trois milieux défensifs. Eh bien, devinez quoi : elle n’a fait que subir ! Pendant quasiment tout le match. Les Pays-bas avaient déjà 80% de possession de balle à la fin du premier quart d’heure. Je pense que ce système de jeu qui avait marché en Russie, sur l’énergie, sur la volonté des joueurs, sur l’euphorie aussi, ne peut pas durer dans le temps. Les Bleus ont besoin aujourd’hui d’un autre style de jeu et surtout de prendre plus de risques. De toute façon, même en prenant plus de risques, je ne vois pas comment on pourrait être plus en danger qu’hier soir à Rotterdam.

Nzonzi qui occupait le poste de sentinelle, a joué quasiment à la hauteur de Varane et Kimpembé. Avec Pavard et Digne qui laissaient partir tout le monde dans leur dos, les déferlantes oranges étaient permanentes. Et puis bon, il faut être clair : il y a trop de joueurs qui sont là pour leur statut. Quand j’ai vu la sélection de Deschamps, je me suis tout de suite dit : « Mais que fait Rami dans cette liste ? Pourquoi Pavard et Sidibé qui sont à la rue en ce moment ? Et pourquoi rappeler Sissoko ? » 

Je sais que Deschamps est un indécrottable conservateur, mais on a l’impression depuis le titre de champion du monde que cette équipe est fermée à double tour. Sauf que là, on voit que ça ne suffit plus. En ce sens, cette défaite est peut-être un mal pour un bien. Elle va permettre à l’équipe de France de se remettre en cause, et peut-être inciter Deschamps à passer à un autre projet de jeu. Parce qu’on est un peu tous d’accord sur un point : on a deux joueurs qui vont être dans les cinq premiers du Ballon d’Or. Or hier soir, on n’a vu ni l’un, ni l’autre. Tout Griezmann et Mbappé qu’ils sont, ils ne peuvent pas récupérer les ballons, les remonter et être décisifs dans la surface adverse. 

Alors c’est vrai, il y avait des absents. Umtiti, Hernandez et surtout Pogba. Pour certains joueurs, c’est quand ils ne sont pas là qu’on se rend compte qu’ils sont peut-être indispensables. C’est sûr que le Mancunien amène quand même cette touche technique et ce liant que Kanté a été incapable d’apporter… Alors bon, ce n’est pas dramatique non plus. Si les Pays-Bas font un résultat en Allemagne, les Bleus ne seront pas au Final Four, ils auront un groupe de qualifications à leur portée pour l’Euro 2020 et puis voilà. Mais finalement, je trouve que cette défaite nette et sans bavure est une bonne piqûre de rappel, qui arrive assez tôt et qui va permettre à Deschamps de changer un peu d’optique. Enfin, je l’espère. Parce qu’entre la sélection initiale, la compo de départ et son coaching poste pour poste bien frileux, l’équipe de France a manqué de réaction, et aussi de volonté.

Pierrot