Pas très rassurant mais...

Posté par Pierre Ménès le 17 Juin 2019

Je ne vais pas vous demander un effort de mémoire colossal mais simplement de vous replonger un an en arrière et de vous souvenir de l’ignoble purge qu’avait été le France-Danemark de la dernière journée de poules. A ce moment-là, il fallait être sacrément balaise pour penser que les Bleus brandiraient le trophée trois semaines plus tard. On en est un peu au même point avec les Bleues. Il ne faut pas se le cacher, ce match face au Nigéria a été de très faible qualité. 

Quelque chose m’a particulièrement frappé en première période : c’est bien beau de jouer avec trois attaquantes mais quand les deux joueuses de côté, à savoir Asseyi et Cascarino, se retrouvent régulièrement derrière les latérales, ça revient à dire que tu joues avec une seule pointe. Et comme ta pointe c’est Gauvin qui ne me semble pas être la joueuse la plus rapide de l’univers, cela devient très compliqué. 

Il a fallu dépasser l’heure de jeu pour assister au premier tir cadré des Françaises avec cette frappe de Majri dans les bras de la gardienne nigériane. Et puis le match a basculé grâce à la VAR avec un penalty sifflé pour une faute sur Asseyi qui me semble justifié. Ce qui l’est beaucoup moins c’est que l’arbitre a fait retirer le penalty que Renard avait envoyé sur la base du poteau. Quand on revoit les images, la très jeune gardienne nigériane avance de trente centimètre avant la frappe. 

Alors moi je veux bien. Certains m’ont même dit sur Twitter : « c’est le règlement ». OK. Quand ? Quand applique-t-on cette règle, excepté quand le gardien avance d’un mètre voire plus ? Toujours est-il que Renard s’est rattrapée en transformant joliment sa deuxième chance. Mais entre le penalty, l’expulsion, le péno à retirer et le carton jaune pour la gardienne, il y a eu un petit côté « arbitrage à la maison » qui saoule un peu. Maintenant l’essentiel est là, les Bleues ont gagné leurs trois rencontres et ont de grandes chances d’affronter le Brésil en huitième de finale. 

Mais ce match confirme ce que je pense de cette équipe depuis des mois. Elle est défensivement très bien organisée avec une charnière centrale de haut niveau, notamment la jeune Mbock qui est absolument impeccable. Mais sur le plan offensif, quand l’opposition sera aussi athlétique que le Nigéria mais meilleure techniquement que cette équipe africaine qui n’a quasiment pas aligné deux passes pendant tout le match, j’ai peur que cela coince pour nos Bleues. J’espère évidemment me tromper mais ce Nigéria-France ne me rend pas spécialement optimiste pour la suite.

Pierrot