Pas facile à domicile
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Match nul 1-1. Les deux premiers quarts de finale de la Ligue des Champions se sont achevés sur le même score. Et ont montré que la possession ne fait pas tout. A bon entendeur (parisien)...

Décidément, ce n'est pas facile de recevoir lors des matchs allers de cette phase à élimination directe de la Ligue des Champions. Ni Manchester ni le Barça n'ont en effet réussi à s'imposer à la maison. Alors pour Manchester, ce n'est pas vraiment une surprise. On peut même dire que ce 1-1 est un très bon résultat. Surtout en voyant les stats à la mi-temps : Manchester n'avait pas fait 100 passes là où le Bayern en était déjà à presque 400 !

Après, ce genre de chiffre ne garantit rien. La preuve, c'est Wellbeck qui a eu la meilleure occasion du premier acte. Mais l'attaquant mancunien a trop tergiversé et a tenté un piqué insensé face à un gardien du niveau de Neuer. Et puis sur corner, Vidic a ouvert le score d'une tête bizarre et pas simple à mettre. Avant qu'enfin, un des mouvements du Bayern ne permette aux Bavarois d'égaliser. Mais comme à l'Allianz Arena face à Arsenal en 8e, le récent champion d'Allemagne a frôlé l'autocaricature.

On donne le ballon dans les pieds, on tricote, on fait tourner, mais au final ça ne fait pas beaucoup plus d'occasions que l'adversaire. Alors évidemment, les partenaires de Ribéry sont en position favorable avant le match retour, qu'il faudra cependant jouer sans Schweinsteiger, expulsé pour un second carton jaune un peu sévère. Le Barça l'est beaucoup moins.

Là aussi, avoir le ballon 65% du temps n'est pas gage de réussite. Surtout quand on a un entraîneur qui tripatouille l'équipe au point d'en faire des trucs aberrants. Au bout d'une saison ou presque, je ne sais toujours pas quoi penser du dénommé Tata Martino. Mais en quart de finale de la Ligue des Champions face à une équipe aussi compliquée à jouer que l'Atletico, faire débuter Neymar à droite, c'est vraiment une idée du Démon.

Botter le cul du rookie

Dès que le Brésilien a changé de côté après le remplacement de Fabregas par Sanchez à 20 minutes de la fin, il a été dix fois plus performant que pendant le reste du match sur l'autre aile. Alors la première période a été assez étrange, les blessures successives de Piqué et Costa ayant sans doute calmé les ardeurs des uns et des autres. Après le repos, Diego a ouvert la marque sur une frappe sublime en pleine lunette. Et Neymar a égalisé en exploitant au mieux une passe lumineuse d'Iniesta.

Alors bien sûr, l'Atletico est en position favorable. Il n'en demeure pas moins que je trouve cette équipe insupportable. Même en ayant distribué six cartons jaunes, on peut dire que l'arbitre a été gentil avec les Matelassiers. A chaque contact, il y avait faute. Je veux bien que Neymar ne soit pas encore totalement acclimaté au foot européen, mais hier soir il pouvait pas faire cinq mètres avec le ballon sans se faire sabrer.

Et puis un petit mot sur Messi. Mis à part deux ou trois éclairs, j'ai trouvé le génie argentin loin de sa meilleure forme. Mais bon, la Coupe du Monde, c'est dans deux mois… Voilà, ce qu'il faut surtout retenir de cette soirée, c'est que les deux équipes qui ont eu le ballon pendant les deux tiers du match n'ont pas gagné. A méditer pour Laurent Blanc… Sachant qu'il a certainement dû y penser puisque ces derniers jours, j'entends beaucoup que le génie Mourinho va venir botter le cul du coach rookie du PSG. On va voir…

 

Pierrot