Paris trop timoré
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Tenu en échec au Parc par un Real très costaud, le PSG a tenu le choc mais a également montré ses limites, notamment sur le plan offensif.

Au final, ce 0-0 entre le PSG et le Real aura apporté autant d’enseignements qu’il aura posé de questions. La « théorie de l’interrupteur » chère à Duga - il n’est pas possible de jouer en marchant en championnat et d’élever son niveau de jeu en Coupe d’Europe - s’est plus ou moins vérifiée sur ce match. En première période notamment, que les Parisiens ont jouée de façon très timorée. Étouffés au milieu et dans l’incapacité de porter le ballon devant, les champions de France ont pratiquement fait jeu égal pendant la première demi-heure, avant de subir la loi du Real dans le dernier quart d’heure. 

C’est là que Trapp est entré en scène, le gardien allemand parvenant à hausser son niveau en sortant plusieurs ballons chauds. Il faut dire que Benitez, privé de nombreux titulaires, avait opté pour une option assez défensive en voulant sans doute profiter des contres. Sauf que les Madrilènes ont eu autant le ballon que les Parisiens en première mi-temps, ce qui ne leur a pas laissé tant d’occasions de contrer que cela. Paris a aussi eu la chance de tomber sur un Ronaldo médiocre. A l’arrivée, on pouvait vraiment se poser des questions au repos. 

En seconde période, sans vraiment se créer d’occasions très franches, le champion de France a quand même su redresser la barre et se montrer un peu plus conquérant au milieu. Mais pas en attaque. Et c’est là qu’on touche aux limites du PSG au plus haut niveau. Avec un Di Maria qui, pour moi, est inutile à droite - surtout face à des joueurs qui le connaissent aussi bien - et que je trouve plus brillant à gauche, d’autant qu’Aurier prend systématiquement son couloir, ce que Maxwell ne fait quasiment plus du tout. Ensuite on a Cavani, qui certes fait des appels mais montre toujours une grande pauvreté quand il touche la balle. 

Quant à Ibra, sa prestation est problématique. Ce qui frappe le plus chez le Suédois, ce n’est pas son manque de bonne volonté. Non, sur ce match, j’ai surtout eu l’impression qu’il avait des problèmes d’équilibre. Vit-il aujourd’hui dans la hantise d’une blessure ? Toujours est-il qu’il semble jouer sur la pointe des pieds, avec la peur de se faire mal. Du coup, il est franchement mauvais. Laurent Blanc a bien tenté des choses sur le plan tactique - changement de dispositif puis entrée de trois joueurs offensifs - mais ça n’a pas suffi à faire plier la meilleure défense d’Europe. 

D’un point de vue comptable, ce nul est évidemment problématique pour la première place du groupe. Maintenant, l’an passé Paris avait battu le Barça 3-2 en poule, ça n’avait pas changé grand chose à la hiérarchie finale. Je pense aussi que Blanc va devoir demander à son équipe un peu plus d’intensité en championnat. Même si le PSG peut se contenter de jouer à 30% pour gagner certains matchs, il va falloir qu’il fasse plus pour être dans le tempo lors de matchs de ce calibre. 

Pierrot