Paris s'en rapproche...
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Le PSG a fait un pas de plus vers le titre après sa victoire à Troyes, qui de son côté file inexorablement vers la Ligue 2. Et puis, on a eu droit à un miracle à Bordeaux...

Un match avant, un match entre les deux, un match après. Les adversaires du PSG en Ligue 1 devaient espérer que Paris laisserait des points en route avec la proximité de son double affrontement face au Barça. A l'arrivée, ça fait 9 points et aucun but encaissé pour le club de la capitale. Alors évidemment, ça ne s'est pas passé dans la facilité, surtout hier après-midi à Troyes où le PSG a été bien secoué.

Eh oui mais les mecs ne sont pas des robots. Quand tu joues le mercredi soir à Barcelone, avec un match d'une intensité énorme, plus le retour à Paris derrière et que tu te retrouves le samedi à 17h à Troyes, il y a tout pour se rater. Les jambes sont lourdes, les têtes sont lourdes et la concentration pas franchement au top. Il faut retourner au mastic, il faut être pro. Mais ce serait vraiment ne rien connaître aux choses du foot que de penser que le PSG allait se trimballer dans l'Aube.

Les Parisiens ont su se contenter de l'essentiel, avec ce but de l'incroyable Matuidi, qui est probablement le meilleur joueur français de Ligue 1 cette saison. En face, comme d'habitude les Troyens se sont créés de belles occasions, comme d'habitude ils ont produit un foot séduisant et comme d'habitude, ils ont perdu. La relégation est quasiment certaine pour l'ESTAC, comme pour Brest qui a perdu un match crucial face à Reims.

Un match assez ouvert, avec de belles occasions de part et d'autre, mais les Finistériens sont incapables de marquer un but, ce qui complique un peu les choses pour gagner un match. Brest et Troyes font donc la mauvaise opération du week-end, même si le nul grappillé par Nancy à Ajaccio n'est pas une super affaire non plus. Surtout que devant, Evian a gagné en ayant marqué 4 buts buts à une équipe de Rennes à l'agonie.

Chaban, la divine surprise

Après avoir eu des problèmes offensifs - avec notamment la blessure d'Alessandrini -, c'est désormais en défense que ça craque de partout. Je peux vous dire que Fred Antonetti, que j'ai rencontré jeudi pour le blog, est inquiet. Rennes va maintenant jouer sa saison au Stade de France samedi prochain avec la finale de la Coupe de la Ligue. On ne peut pas dire qu'ils aient préparé ce match de la meilleure des façons…

On a vu le pire de Lorient à Lille. On a eu droit au meilleur face à Bastia, avec ce jeu typique en appui qui a rendu folle la défense corse. Après, je pense sincèrement que le football prôné par Gourcuff est parfaitement adapté au synthétique. Et inversement, jouer sur de vraies pelouses semble vraiment poser problème. Il n'y a qu'à voir la différence entre le nombre de points pris à domicile (33) et à l'extérieur (14) par les Bretons pour s'en convaincre.

Dans le haut du tableau, Sainté a obtenu un nul assez sinistre à Valenciennes, vendredi soir. Les Nordistes ont pris un bon petit point dans la course au maintien au terme d'un match courageux. Ils en avaient bien besoin. Les verts eux, ont semblé un peu en panne d'inspiration mais, comme l'a souligné Galtier, ça reste un point pris à l'extérieur. Donc un bon point.

Schelin, Zlatan féminine

Et puis la divine surprise est venue de Chaban-Delmas. Car oui messieurs, dames, Bordeaux a marqué 4 buts dans un match ! Et même 3 buts en une mi-temps ! Comme quoi, il faut arrêter de nous bassiner avec la faiblesse des attaquants. C'est aussi une question d'état d'esprit et de volonté de jouer. On ne me fera jamais croire qu'on ne peut pas jouer au foot avec Plasil, Obraniak, Trémoulinas ou Mariano. Il suffit aussi de le vouloir. Hier soir, les Bordelais se sont prouvés à eux-mêmes qu'ils peuvent faire mieux que 0-0 tous les week-ends.

Ils sont aussi tombés sur une équipe de Montpellier hors du coup. En fait, depuis le concours de "celui qui a la plus grosse" entre Girard et Nicollin, le bilan est éloquent : 4 points sur 15. J'ai comme l'impression que le "bon président Nicollin", comme d'aucuns se plaisent à l'appeler, a un peu torpillé la fin de saison de son club, qui était dans une excellente dynamique et qui se retrouve mi-avril à penser déjà à la saison prochaine.

Demain, journée très importante. Lyon doit absolument stopper sa série de trois défaites consécutives à Gerland face à Toulouse. Et en soirée, si Marseille ne l'emporte pas à Lille - ce qui n'est pas improbable, loin de là -, Paris se retrouverait avec au minimum 9 points d'avance à 6 journées de la fin. Autant dire que ce serait quasiment dans la poche.

Et puis un petit mot pour finir sur la victoire des filles de l'OL face à Juvisy dans une demi-finale de Ligue des Champions 100% française. Un match une nouvelle fois dominé par la classe de Lotta Schelin, la Zlatan version féminine, qui a signé deux très jolis buts. Après avoir écrasé le championnat, l'OL est en train d'écraser la Ligue des Champions. Cette équipe est à des années-lumières de la concurrence, ce qui n'autorise pas Patrice Lair à faire un bras d'honneur sur le 3e but de son équipe. Un geste qui manquait pour le moins de classe…

Pierrot