Paris prend le pouvoir
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Le PSG s'est emparé de la tête de la Ligue 1 après son succès face à Lyon. Avant ça, Lorient est allé chercher sa 4e victoire consécutive et Nancy a encore raté le coche...

On attendant un grand match au Parc des Princes hier soir. Sans atteindre des sommets, c'était une rencontre de bon niveau, avec une opposition tactique intelligente de part et d'autre. Compte tenu des absences, notamment celles de Gourcuff, Grenier et Lacazette, Garde avait pris l'option d'évoluer en 5-3-2 pour couvrir toute la largeur derrière, blinder l'axe et miser sur la vitesse de Réveillère et Bastos dans les couloirs.

Ca a plutôt bien marché. Malgré ce profond bouleversement tactique, le jeu collectif lyonnais a été satisfaisant. L'OL tenait la distance, mais il y a eu ces deux tournants. Le premier avec cette volée en extension de Lisandro sur le poteau, puis cette action où Lisandro perd son duel face à Silva et reproche ensuite à Bastos de lui avoir donné le ballon trop vite. Mais personne n'a obligé l'Argentin à aller au face-à-face avec le capitaine brésilien du PSG.

Dans la continuité de l'action, le PSG lance un contre fulgurant avec d'abord Motta qui relance à droite en profitant du fait que Bastos n'est pas encore replacé - une passe qui élimine 4 Lyonnais d'un coup -, puis Ibra qui sort un joli dribble et un centre parfait pour la tête victorieuse de Matuidi. Lancé par ce but, le PSG a écrasé la rencontre en seconde période. Sans un excellent Vercoutre devant Ibra, Pastore deux fois et Lavezzi, la victoire parisienne aurait pris une autre ampleur.

Prise de pouvoir

Alors j'entends que le PSG a joué en contre. Mouais… Sur l'action qui précède le but, c'est d'abord Lyon qui contre Paris, avant de se faire contrer à son tour. Après, il faut tenir compte de la nouvelle disposition tactique des Parisiens, avec quatre joueurs offensifs dont deux vont extrêmement vite. Comme je l'ai dit au CFC, si Paris avait recruté Modric et Özil, il ne jouerait pas de la même façon qu'avec Lavezzi et Ménez. La vitesse balle au pied de ces deux joueurs conditionne aussi la façon de jouer du PSG.

Depuis la fameuse crise de novembre, le PSG a changé d'option tactique et a énormément évolué. D'abord il a gagné quatre matchs consécutifs en marquant 11 buts pour un seul encaissé, face à Porto. Et puis si on fait le bilan, Paris est qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des Champions et se retrouve en tête du championnat. Au final, on peut penser qu'au-delà de cette victoire, c'est à une prise de pouvoir qu'on vient d'assister. Et que cela risque de durer compte tenu des forces en présence.

Dans les autres matchs de la journée, Nancy nous a fait du Nancy : pour la 5e fois en 6 matchs, les Lorrains ont ouvert le score. Et pour la 5e fois en 6 matchs, il se sont fait rejoindre. A l'arrivée, ça fait 5 points au lieu de 15 potentiels. La situation est donc toujours aussi dramatique au classement. Menant au score et en supériorité numérique, l'ASNL aurait dû conserver son avance face à une équipe de Bordeaux tout sauf séduisante de semaine en semaine.

Depuis le début du championnat, à de rares exceptions près - souvent en Europa League d'ailleurs -, cette équipe bordelaise est d'un profond ennui à regarder jouer. Elle n'est pourtant pas moins bien outillée que d'autres sur le plan offensif. Mais il y a un évident manque de volonté d'emballer les rencontres. Quand Bordeaux est diffusé, c'est quand même très rarement la fête au village.

Qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige...

On ne peut pas en dire autant de Lorient. Quand les Merlus sont bien, ils pratiquent un super jeu et quand ils sont mauvais, ils encaissent un paquet de buts ! On a presque du mal à se souvenir que cette équipe a pris 16 buts en 4 matchs il y a peu. Cette fois, la série est de 4 victoires consécutives sans encaisser le moindre but. Après son 3-0 à Marseille, le FCL a en effet gagné sans aucune discussion à Sainté.

Les Verts qui sont à bout de souffle mais aussi à court d'idées. Le milieu de terrain manque vraiment trop d'imagination pour servir Aubameyang dans de bonnes conditions. C'était trop dur face à une équipe lorientaise qui joue elle aussi - comme par hasard - avec 4 joueurs à vocation offensive qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente. Et en plus avec des joueurs extrêmement intelligents comme Corgnet ou Aliadière, et des mecs comme Traoré qui ont de la foudre dans les pieds.

Le Burkinabé a cette fois marqué de la tête, mais est aussi sorti, blessé à la cheville par Sall qui a réussi à l'attraper à sa 3e tentative sur la même action. C'est la première fois que Lorient signe 4 victoires consécutives et se retrouve 4e de Ligue 1 après 18 journées. Ca récompense une équipe qui possède la volonté permanente de jouer. Ca ne marche pas toujours. Mais quand je vois que Bordeaux et Lorient sont au programme, mon choix de téléspectateur et d'amoureux du foot est vite fait…

Pierrot