Paris peut enrager
Posté par Pierre Ménès le 14 Février 2018

Il est évident qu’après ce Real-PSG, si on ne regarde que le score, les affaires parisiennes semblent mal embarquées, même si le match retour reste ouvert et laisse la possibilité aux Parisiens de renverser la tendance. On a vu hier soir un Real Madrid bien différent de celui qu’on voit depuis des mois en Liga. Notamment au niveau de l’implication des tauliers de cette équipe, à l’image de Marcelo, très en difficulté en championnat et qui a été le meilleur joueur sur le terrain hier soir.

Pendant 70 minutes, je n’avais quasiment que des compliments à faire aux Parisiens, qui n’ont pas reculé, ont enchaîné les phases de possession de balle, se sont créé des occasions et ont mené au score. Avec au départ, des choix étonnants d’Emery mais tous validés, mis à part Lo Celso qui a perdu beaucoup trop de ballons chauds et provoqué un penalty stupide en cravatant Kroos dans la surface. Areola a été très bon, Alves a montré que son taux de concentration était plus élevé au Bernabeu qu’au Stadium de Toulouse et Kimpembé a été super solide, comme d’hab’.

Que peut-on dire de ce match ? Que le Real a marqué deux buts assez chanceux, entre la reprise du genou de Ronaldo et la volée de Marcelo déviée par Marquinhos. Mais la chance en Ligue des Champions, il faut savoir la provoquer. Et si les choix de départ d’Emery me semblent réussis, je suis beaucoup moins fan de ses changements en cours de match. Meunier a connu une entrée très compliquée, et puis pourquoi Draxler alors que Di Maria marche sur l’eau depuis un mois ? Et quid de Thiago Silva ? Comment la communauté brésilienne du vestiaire va-t-elle réagir à ça, comme à la non-convocation de Motta ?

C’est dommage car au final, c’est un bon match de Paris perdu trop largement. Avec une nouvelle fois, un arbitrage assez spécial. On était loin de la sodomie arbitrale de l’an passé au Camp Nou, mais il faut quand même dire que Neymar prend un carton sur sa première faute alors qu’il s’est fait découper tout le match, que Rabiot prend un carton pour une faute imaginaire sur Modric et qu’il y a faute de Ronaldo sur Kimpembé sur le deuxième but madrilène. Je ne dis pas que cela a influé sur le résultat, mais cela crée un sentiment d’insécurité forcément préjudiciable au fil des minutes. On attend maintenant avec impatience le match retour, en se raccrochant au fait qu’il y a 25 ans, le PSG version Canal avait perdu 3-1 à Bernabeu…

Pierrot