Paris fait le job
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Sans être brillant ni très convaincant, le PSG a fait parler son expérience et son talent individuel pour battre l’Ajax et s’offrir une finale de prestige dans 15 jours au Camp Nou. Où il faudra être bien meilleur…

Quand on passe d’un milieu Motta-Verratti-Matuidi à un milieu Rabiot-Pastore-Matuidi, ça change quand même pas mal de choses, comme on a pu le constater hier soir lors de ce PSG-Ajax remporté par les Parisiens (3-1). D’un trio capable de confisquer le ballon pour épuiser l’adversaire, Paris est passé à un autre trio, beaucoup plus versé dans la verticalité celui-là. 

Du coup, l’équipe de Laurent Blanc a laissé la possession de balle aux Néerlandais (55/45 sur le match) et a profité des espaces laissés par leur pressing haut pour jouer en contre. Cette équipe d’Amsterdam n’est pas dénuée de talent(s) et sait faire beaucoup de choses, mais elle est jeune et très friable. Le PSG a su exploiter ses failles et l’a emporté grâce à son duo d’attaque : deux buts pour Cavani, un pour Zlatan. 

Alors je suis désolé de revenir sur ce débat qui me gonfle prodigieusement, mais l’Uruguayen me plaît beaucoup plus lorsqu’il joue sur un côté, avec Zlatan dans l’axe, que lorsqu’il évolue en pointe. Il joue plus juste et profite même de l’envahissante présence du géant suédois dans l’axe, qui cristallise une grande partie de l’attention des défenseurs adverses, pour avoir plus de liberté d’action. 

Ibra, parlons-en : visiblement, il a le talon un peu rouillé. Ça s’est vu avec ces 20 premières minutes inexistantes. Et puis, il s’est chauffé peu à peu, la douleur s’est estompée et on l’a alors plus vu. Beaucoup à la construction et un peu à la finition, avec ce bel enchaînement poitrine-volée croisée qui a libéré le Parc. N’oublions pas que ce n’était que le deuxième match de Zlatan en Ligue des Champions cette saison. 

C’est désormais un choc en forme de finale du groupe qui attend les Parisiens, dans 15 jours au Camp Nou. Face à un Barça en feu actuellement et certainement en bien meilleure forme qu’au match aller. Messi enquille les buts - six lors des deux derniers matchs - et Paris peut clairement s’attendre à un match très, très compliqué. Et devra espérer un nul pour conserver la première place du groupe. 

En attendant, le boulot a été fait et de façon plus que correcte. 

Pierrot