Paris est vraiment prêt
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Facile vainqueur du Trophée des Champions devant des Lyonnais débordés, les Parisiens ont idéalement lancé une saison qui pourrait encore être riche en titres.

On se souvient que l’an passé, le PSG avait connu un début de saison chaotique, entre les retours dispersés de Coupe du Monde, la blessure de Thiago Silva puis celle d’Ibra…  Au vu de la préparation et des prestations réalisées face à Chelsea et Manchester en amical, tout porte à croire que le PSG n’a aucune envie de revivre un début de saison de ce genre. Restait à voir ce que cela pouvait donner face au dauphin lyonnais. On a vu.

La première constatation, c’est que le score est extrêmement flatteur pour… l’OL. Si l’on met les dix premières minutes de côté, l’équipe de Fournier s’est littéralement fait dévorer par le PSG. Dans toutes les zones de jeu. Et notamment à la récupération, où le pressing parisien orchestré par le trio Verratti-Rabiot-Matuidi a rendu fou les Lyonnais. Sans un Lopes des grands soirs, Lyon n’aurait sans doute pas été loin de la déculottée subie devant Arsenal il y a huit jours.

Alors évidemment, il manquait du monde côté lyonnais. Mais l’écart abyssal entre les deux équipes ne laisse rien présager de bon au niveau suspense pour l’exercice qui démarre vendredi prochain. D’autant que les Parisiens ont fait montre d’un appétit féroce, avec des joueurs qui ont prouvé qu’il allait falloir compter avec eux cette saison, à commencer par Aurier, auteur du premier but et très intéressant tant défensivement qu’offensivement. 

Et puis il y a le « cas » Rabiot, tantôt grand espoir du PSG, tantôt gamin ingérable piloté par une maman infernale. Mais si on se penche sur sa prestation sur le terrain, c’est un match à 140 ballons, une technique fine et un sens de la récupération et du jeu qui font que ce serait un vrai gâchis de s’en séparer et de céder aux crises de nerfs répétées de sa daronne. D’autant qu’il a une très grosse carte à jouer cette année à Paris, surtout si Motta se fait la malle avant fin août.

Voilà, une fois n’est pas coutume, je terminerai ce post de reprise en parlant un peu de ma pomme. Parce que je veux remercier tous ceux qui m’ont témoigné des signes d’amitié pendant cette période compliquée : vous, le public, sur les réseaux sociaux, mes amis de Canal+, de L’Equipe, de RTL, mais aussi quelques joueurs de foot. Cela m’a beaucoup touché. 

Je n’ai pas passé un été de rêve et c’est bien pour ça que j’attends avec gourmandise et impatience la reprise de la Ligue 1, la semaine prochaine à Lille, où je rejoindrai mon Mathoux préféré. 

Pierrot