Paris, c'est fini
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
En s'inclinant sur la pelouse de l'Allianz Riviera face à une très belle équipe de Nice, le PSG a dit adieu au titre de champion de France, promis à Monaco. Dans la course à l'Europe, Marseille a cartonné Caen, mettant ainsi la pression sur Bordeaux, qui a dû se contenter du nul à Dijon.

Le dimanche a bien commencé pour les Marseillais, beaucoup moins pour les Normands. L'OM s'est trimballé au stade d'Ornano face à Caen. Les locaux n'ont pas fait preuve de mauvaise volonté, au contraire. Ils se sont créés des occasions, ce qui est souvent le cas face aux Phocéens. Mais les Caennais sont trop faibles défensivement pour espérer sauver leur peau en Ligue 1. Hier, le premier but de Thauvin - aussi beau soit-il - est consécutif à un très mauvais renvoi de Da Silva et la responsabilité de Vercoutre est nettement engagée sur le deuxième but du petit Lopez. Marseille a été brillant offensivement avec un Payet qui revient bien, un Gomis qui a bien bossé et puis un Thauvin absolument en état de grâce. Il en est quand même à quinze buts et sept passes décisives, un total plus qu'intéressant. Avec cette victoire, Marseille revient à un point de Bordeaux. 

Car les Girondins ont été accrochés à Dijon dans un match où ils ont livré une prestation décevante. Alors c'est vrai qu'ils auraient dû obtenir un penalty pour une faute évidente de Loties sur Ounas. Mais que voulez-vous, dans un match arbitré par M.Varela, il fallait bien qu'il y ait une connerie monumentale. En revanche, en fin de rencontre, Sabaly a sauvé les siens sur sa ligne, Lees-Melou a trouvé le poteau et Carrasso a effectué un arrêt monumental devant Kwon. Dijon aurait clairement pu prendre trois points, plutôt mérités sur l'ensemble de la partie. Je suis toujours séduit par cette équipe qui, avec des moyens limités, propose du jeu et en produit. 

Enfin hier soir, on attendait un grand match. Je pensais que le PSG, fort de ses six points d'avance sur Nice, parviendrait à rester au contact de Monaco. Mais c'était mal connaître la qualité du jeu niçois et les errances parisiennes. Des visiteurs qui avaient pourtant bien commencé la partie avant de céder la direction du jeu à des Aiglons de plus en plus entreprenants. Ils ont perdu la bataille du milieu, la faute à des joueurs loin de leur niveau, notamment Marco Verratti, inexistant pendant 90 minutes. Alors c'est vrai que les Niçois ont marqué trois buts sur leurs trois tirs cadrés de la partie. Mais la frappe de Balotelli bien servi par Pereira, le but exceptionnel du Portugais du pied gauche dans la lunette ou encore la tête de Donis, sont imparables. Nice a fait preuve de beaucoup d'abnégation défensive et d'une jolie volonté de sortir proprement la balle. C'est une équipe qui fait une saison magnifique et qui mérite d'être à trois points de Paris.

De grands changements à prévoir 

Maintenant, que dire de la prestation du PSG ? Trop de joueurs ont été indignes de leur niveau hier soir : Aurier, Motta, Verratti, Matuidi, Di Maria, Cavani... En plus, ils ont ajouté la violence à l'incompétence puisque Motta a été expulsé pour un coup de tête sur Baysse et Di Maria pour un tacle absolument scandaleux sur Souquet. Je n'oublie pas de dire que Cavani aurait également pu être expulsé deux fois dans ce match. D'abord pour un coup de genou au sol sur Baysse que je n'avais pas vu à vitesse réelle. Je prie les paranos de m'excuser, j'ai vraiment découvert les images dans le débrief, grande est ma faute. Il aurait également pu sortir prématurément pour avoir poussé Favre, ce qui est indigne d'un joueur de son niveau et d'un footballeur pro tout court. 

Voilà, les Parisiens termineront sûrement à la deuxième place parce qu'ils ont trois points d'avance sur Nice et deux matchs faciles au Parc. Mais même s'ils ont déjà 80 points, ça reste une saison ratée. Il y a eu trop de matchs médiocres, trop de joueurs qui ont grandement déçu durant l'année et un entraîneur qui n'a pas apporté sa pierre à l'édifice. Il va falloir que le PSG change beaucoup de choses la saison prochaine pour redevenir dominateur dans l'Hexagone et pour effacer la gifle de Barcelone. En attendant, Monaco n'a plus que six points à prendre en quatre matchs pour être un champion plus que mérité. 

Pierrot