Paris à la Pyrrhus

Posté par Pierre Ménès le 25 Août 2019

Cette 3e journée de Ligue 1 tronquée pour cause de G7 à Biarritz - ce qui fait qu’il y aura trois matchs en milieu de semaine - a démarré samedi soir avec les premières victoires de Brest sur un but de Charbonnier face à Reims et de Nantes à Amiens, avec un niveau de jeu transfiguré côté Canaris. Comme quoi, quand c’est coaché et qu’il y a un projet, cela a tout de suite une autre gueule. Bordeaux l’a emporté sur deux jolis buts à Dijon face à une formation bourguignonne dont la saison pourrait ressembler à un chemin de croix et Angers a rattrapé 50% de son goal-average dilapidé à Lyon en battant facilement 3-0 une équipe de Metz dépassée sur le plan physique - ce qui est un peu une surprise.

Dimanche, Monaco a ouvert le bal face à Nîmes, avec un match au scénario étonnant. L’ASM menait 2-0 à la pause grâce à deux buts signés Slimani et Ben Yedder, tout en se montrant extrêmement fragile sur le plan défensif. Glik et Jemerson étaient encore à l’agonie, cela fait un an et demi que ça dure mais ils continuent à jouer, il ne faut donc pas s’étonner. Jemerson qui a parachevé son oeuvre en se faisant expulser pour un tacle par derrière sur lequel il troue la chaussette de Philippoteaux. Une exclusion parfaitement méritée. Après ça, Nîmes qui a gardé ses valeurs de combativité de la saison dernière, est revenu au score sur deux buts, le premier par Philippoteaux qui a profité de la détente de scaphandrier de Glik pour glisser le ballon sous Lecomte et le second par le jeune Denkey qui a poussé au fond la seconde passe décisive de Ferhat. Ce point va faire du bien aux Crocos, alors qu’il plombe encore plus Monaco, qui recrute trois joueurs par semaine sans que, pour le moment, cela change quoi que ce soit sur le terrain.

Choupo en mode Neymar

Je n’attendais pas grand chose de Strasbourg face à Rennes. Le Racing a joué et gagné jeudi dernier à La Meinau face à l’Eintracht Francfort en barrages d’Europa League et en vue du match retour, Laurey avait logiquement décidé de mettre six joueurs au repos. Rennes a ouvert le score sur un joli but de Grenier avant que Martin ne voit son penalty repoussé par Mendy. Penalty accordé par la VAR après cinq minutes d’attente. Monsieur Buquet en déjà mis deux à aller consulter la vidéo et trois autres à se décider. Quand on voit qu’en Angleterre, l’utilisation de la VAR dure quinze secondes, on se dit quand même qu’on a un vrai problème en France avec ça. Et puis en seconde période, Niang a doublé la mise pour les Bretons d’un tir croisé du droit. Rennes est leader et comme prévu, les Strasbourgeois paient un lourd tribut à leurs matchs européens. Auront-ils une divine surprise ou en seront-ils débarrassés jeudi prochain ? 

Enfin en soirée, le PSG a étrillé Toulouse après pourtant une première période d’une grande médiocrité, seulement animée par les accélérations et les occasions de Mbappé. Le jeu du PSG était monocorde, ronronnant, Verratti faisait cinq ou six touches de balle à chaque récupération, Sarabia pesait très peu sur le jeu, Di Maria abusait des dribbles… Seul Gueye essayait de mettre de la vitesse en jouant en une touche et vers l’avant. Une mi-temps émaillée par les blessures de Diallo - qui avait des vertiges après un choc avec Gradel - et de Cavani qui s’est fait mal après une frappe anodine du gauche. 

Je ne suis pas toubib, je ne sais pas donc pas quelle sera l’indisponibilité de Cavani. Pour Mbappé en revanche, qui a semblé se claquer à pleine vitesse à la cuisse gauche, si ce diagnostic est confirmé ce sera grand minimum un mois. Paris s’en est donc remis à Choupo-Moting, ce qui n’incitait guère à l’optimisme après les prestations du Camerounais l’an passé, mais on a tout de suite vu qu’il était plus à l’aise dans ses prises de balle, plus remuant et c’est lui qui a ouvert le score avec une roulette au milieu de cinq Toulousains enchaînée avec une frappe sèche du gauche qui rentre avec l’aide du poteau. Honnêtement, si c’est Neymar ou Mbappé qui marque ce but, il fait le tour de la planète pendant une semaine. Et Choupo ne s’est pas arrêté là puisqu’il a réussi le doublé en reprenant un bon centre en retrait de Bernat. Le PSG est évidemment monté en puissance face à une équipe toulousaine qui a faibli au fil du match et qui était visiblement venue au Parc avec pour seule ambition d’arracher un 0-0. 

Pierrot