Paris a eu tout faux
Posté par Pierre Ménès le 6 Mars 2018

Pour être déçu, il fallait avoir l’espoir que le PSG se qualifie. Ce n’était pas mon cas, surtout depuis la blessure de Neymar. J’en profite pour adresser un amical salut à tous ceux qui m’ont dit que Paris serait meilleur sans lui et que ça jouerait plus collectif et bla bla bla. Eh bien on a vu que sans son détonateur, le PSG perdait une très grande partie de sa verticalité et on a retrouvé hier soir le milieu de terrain ronronnant des saisons précédentes. Parce qu’évidemment, il va être facile d’accuser les attaquants du PSG. Mais Mbappé n’a eu qu’un seul ballon potable dans l’espace, lorsqu’il finit par tirer sur Navas au lieu de passer à Cavani.

Cavani qui n’a eu que des miettes et marque d’ailleurs involontairement sur l’une d’entre elles. Quant à Di Maria, il n’a rien fait des nombreux ballons qu’il a touchés et n’a surtout pas joué avec ses coéquipiers. C’est un reproche qu’on fait aussi à Neymar. Lui aussi bouffe le ballon, mais au moins il marque et fait marquer. Sans sa star brésilienne, j’imaginais l’exploit impossible. Il l’a été, a fortiori face à une équipe madrilène de ce niveau. J’ai trouvé qu’il y avait une énorme différence entre le Real poussif et un peu chanceux dans les dix dernières minutes du match aller et celui, technique et imperturbable vu hier soir au Parc. Sans Kroos, Modric, Bale ni Isco, Zidane a essayé un truc tactique en jouant en 4-4-2 et en pressant haut pour empêcher Paris de construire.

En fait, les Merengue ont tout simplement proposé aux Parisiens quelque chose d’inhabituel pour eux, à savoir une équipe qui vient les chercher, bloque la construction et empêche les milieux franciliens positionnés beaucoup trop bas de trouver les attaquants. La première période a été un calvaire, il a fallu deux très bons arrêts d’Areola pour arriver à 0-0 au repos. Le PSG a mieux débuté le deuxième acte mais sur une perte de balle de Dani Alves, Ronaldo a marqué de la tête. À partir de là, c’était mission impossible. Les deux buts qui ont suivi, marqués du sceau de la réussite entre le genou de Cavani et la frappe contrée de Casemiro, sont anecdotiques.

La réalité c’est que Paris est éliminé pour la deuxième année consécutive dès les 8e de finale. Alors, c’est vrai que se faire sortir par le Real n’a rien d’infamant. Sauf quand tu as les moyens et les ambitions du PSG. Même si - et nous sommes nombreux à le dire depuis plusieurs semaines - l’effectif est incomplet. QSI a mis tous ses oeufs dans le même panier et l’oeuf le plus précieux n’était même pas là. Maintenant, l’an prochain Mbappé aura encore progressé, Neymar n’aura plus mal à la cheville et je pense que Paris aura corrigé les manques de son effectif : latéral gauche, sentinelle. Il va aussi falloir régénérer cette équipe jusque sur le banc.

Draxler doit d’urgence retourner en Allemagne et Pastore doit d’urgence retourner dans le Calcio. La rentrée de l’Argentin est juste un petit scandale. Au bout d’un quart d’heure, il avait les mains sur les hanches et semblait peu concerné. Mais je ne vais pas accabler Pastore sur ce match car ils sont très nombreux à être sujets à la critique. À mon sens, les seuls à pouvoir y échapper sont Areola, qui a fait son match et Thiago Silva qui a été impeccable derrière. Et puis mention spéciale à la stupidité de Verratti, qui ne fait donc pas la différence entre la Ligue 1 et la Ligue des Champions et qui s’est fait expulser pour une contestation aussi stupide qu’inutile à une demi-heure de la fin, alors qu’il subsistait encore un mince espoir.

Le lendemains qui arrivent vont être compliqués pour le PSG, en espérant que les leçons de cette désillusion seront retenues, ce qui n’a pas été le cas l’année dernière.

Pierrot