Monaco revient en force
Posté par Pierre Ménès le 10 Février 2018

Je pense qu’on n’a pas fini de voir Monaco, Lyon et Marseille se passer devant les uns les autres dans la course aux deux places qualificatives pour la Ligue des Champions. Cette fois, c’est l’ASM qui va finir le week-end à la deuxième place du classement après sa très belle victoire 4-0 à Angers. Le stade Raymond-Kopa a inauguré sa nouvelle tribune avec une belle branlée et je ne reconnais plus cette équipe du SCO, ni dans la rigueur, ni dans l’enthousiasme, ni dans l’engagement. C’était presque trop facile pour des techniciens comme Jovetic ou Lemar - auteur d’une passe décisive sur son premier ballon. Pourtant, l’ASM jouait sans Subasic, sans Falcao et sans Baldé. Mais il faut croire que cette équipe a puisé beaucoup de confiance dans sa victoire sur l’OL le week-end dernier. Et puis il y a des joueurs qui montent en puissante, comme Jovetic auteur d’un doublé, mais surtout comme Tielemans, qui commence enfin à bien tourner au milieu.

Si Monaco est deuxième, c’est parce que l’OM n’a pas réussi à l’emporter vendredi sous la neige stéphanoise. C’est d’autant plus rageant pour les Olympiens qu’ils ont mené deux fois au score, sur deux jolies volées signées Thauvin et Sanson. Mais les Verts, qui ont visiblement changé d’état d’esprit depuis l’arrivée de Gasset, ont égalisé deux fois. D’abord par Monnet-Paquet à la suite d’un super dribble d’Hamouma sur Rami, puis par Beric qui s’est imposé de la tête devant Pelé, dont la responsabilité est pleinement engagée sur ce but. « L’Albatros » avait remplacé juste avant la pause un Mandanda touché aux ischios, qui sera absent au moins quinze jours et devrait donc manquer les deux matchs au Parc. Mais globalement, on n’a pas vu un grand OM à Geoffroy-Guichard, avec deux constats assez négatifs : un, cela fait cinq buts encaissés en deux matchs, c’est beaucoup trop. Et deux, Mitroglou c’est bien gentil pour en planter trois à Bourg-en-Bresse quand l’OM en met neuf, mais là, il a une balle de 3-2 seul face au but vide et l’envoie dans les airs. À ce niveau-là, ce n’est pas possible.

Il y a une équipe qui continue son petit bonhomme de chemin, c’est le PSG. Un PSG qu’on n’a logiquement pas senti hyper concerné par ce déplacement à Toulouse, ce qui n’a pas empêché les Parisiens de s’imposer sans la moindre discussion. Alors oui, il y avait 0-0 à la mi-temps, mais c’était surtout grâce aux arrêts extraordinaires de Lafont, notamment devant Kimpembé et Mbappé. Et puis après une première mi-temps assez pépère jouée à une touche de balle, Neymar s’est réveillé après le repos et a enchanté tout le monde. En ouvrant le score - même si frappe est détournée par Diop - puis en touchant successivement le poteau et la transversale de Lafont et en étant de très loin le meilleur joueur sur le terrain. Deux bémols côté parisien : Daniel Alves qui a été en dessous de tout et Diarra qui me semble quand même très juste pour être titulaire à Madrid. Pour ma part, je serais plus rassuré avec Lo Celso au Bernabeu.

Tavares le sous-coté

Et puis pour une fois, on a eu droit à un samedi soir sympa. Essentiellement grâce à deux matchs. Bordeaux-Amiens d’abord, avec des Girondins qui ont mené 3-0 face à des Amiénois une nouvelle fois hors sujet mais qui ont su profiter de la crise de narcolepsie bordelaise pour revenir à 2-3 et laisser planer le suspense sur la fin de match. Mais au final, c’est encore une défaite pour les hommes de Pélissier, qui glissent de plus en plus dangereusement au classement. À l’inverse, Bordeaux signe là sa quatrième victoire consécutive et l’époque où l’on s’inquiétait pour l’avenir du club semble aujourd’hui bien loin.

Et puis comme souvent, on a vu un super match de foot à Dijon, qui a mené 1-0 face à Nice avant de se retrouver mené 2-1 puis de renverser la vapeur en fin de match pour l’emporter 3-2. Avec un joueur que je veux mettre en lumière parce qu’il est vraiment sous-coté et qu’on n’en parle jamais alors que c’est un super avant-centre de Ligue 1 : Julio Tavares. Quand je vois des clubs plus huppés que Dijon qui cherchent une recrue offensive, je suis assez étonné qu’ils n’aient pas pensé au Cap-Verdien. Côté Aiglons, la charnière centrale niçoise a été cataclysmique et a compté dans ce troisième revers consécutif.

Enfin, la lanterne rouge messine a vécu une cruelle défaite à domicile contre le porc-épic montpelliérain, sur un but de Sio. Dans la situation des Lorrains, chaque échec les empêche de revenir vraiment dans la course au maintien. Les joueurs de Hantz sont désormais à 7 points du premier non-relégable, ça devient très compliqué. Dans cette optique, compte tenu des résultats des mal classés, le match de demain entre Strasbourg et Troyes à la Meinau revêt une importance capitale.

Pierrot