Monaco lance la chasse
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Lyon qui revient comme une balle, Bordeaux qui joue toujours au yoyo, l'OM qui semble au bord de la crise de nerfs et Monaco qui grapille sur Paris : bilan d'un dimanche de Ligue 1 pluvieux.

J'aime bien les équipes qui jouent avec deux attaquants. Hier, dans deux des trois matchs au programme, non seulement les équipes qui jouaient avec deux attaquants ont gagné, mais les quatre attaquants en question (Gomis et Lacazette à Lyon, Germain et Rivière à Monaco) ont marqué. Ça me rassure un peu : ce 4-4-2 que j'affectionne n'est donc pas encore définitivement mort.

La journée a commencé par une facile victoire de l'OL devant Evian. Facile parce qu'en ce moment, Lyon joue bien et que l'ETG est une équipe quasi dépressive. L'ouverture du score puis l'expulsion de Mensah ont évidemment plongé les Savoyards dans un abîme duquel ils n'ont pas les armes pour se sortir. Le deuxième but consécutif à une perte de balle de Bérigaud - pas totalement coupable vu le ballon qu'il reçoit - a scellé la rencontre.

Avant ça, l'OL avait donc ouvert le score grâce à un but du pestiféré Gomis qui, vous verrez, finira la saison avec ses 20 buts toutes compétitions confondues. Et puis en fin de match, Lacazette y est allé de son doublé, ce qui porte son total à 12 buts. Il fait partie, au même titre que Thauvin ou Griezmann, des candidats potentiels à la place du jeune attaquant que Deschamps semble vouloir emmener au Brésil.

A 17h, Bordeaux-Sainté a finalement eu lieu. Vu qu'il y avait eu un arrêté municipal interdisant la tenue du match mais que la Ligue avait décidé de passer outre, on pouvait s'attendre au pire. Alors la pelouse n'était pas géniale évidemment, mais on a vu tellement pire ces derniers temps… Et sur ce terrain lourd, Bordeaux s'en est beaucoup mieux sorti que les Verts.

Bordée d'insultes

Les Girondins ont réussi à mettre plus de vitesse et d'impact dans le jeu que leurs adversaires, qui se sont retrouvés menés 2-0 sans même avoir existé. Un premier but signé Traoré, consécutif à une énorme erreur d'appréciation de Bayal Sall, et un second sur une reprise d'Henrique suite à un cafouillage dans la surface.

Après quatre échecs consécutifs, cette victoire relance une équipe girondine qui n'a quasiment plus d'attaquant valide en stock. Pour les Verts, c'est un coup d'arrêt. L'équipe de Galtier semble avoir du mal cette saison lorsqu'il y a du répondant physique en face.

Et puis en soirée, comme prévu vu le contexte actuel, Monaco a facilement dominé l'OM. L'équipe phocéenne est bien malade et les nombreux gros plans montrant Anigo au bord des larmes puis celles de Gignac en fin de match montrent que tout ce qui se passe en ce moment autour du club est loin d'être anodin. Alors je sais que ma sortie au CFC sur les Winners va me valoir une bordée d'insultes dans les heures et les jours qui viennent. D'ailleurs, ça a déjà commencé.

Niveau Ligue des Champions

Mais voilà, quoi : ce n'est pas sérieux d'appeler à pourrir la vie quotidienne des joueurs, ce n'est pas sérieux de les qualifier de sous-hommes ou d'excréments et c'est encore moins sérieux de jouer les veuves outragées quand des gens ne trouvent pas ça bien.

Marseille a fait une première mi-temps extrêmement pauvre, avec des problèmes défensifs importants, symbolisés par un Diawara qui a porté l'OM au moment de l'arrivée d'Anigo par sa fougue et son enthousiasme, mais qui a explosé en vol cette semaine, entre le match de Coupe face à Nice et cette prestation ratée à Monaco. Sans un grand Mandanda, l'addition aurait été sévère dès le repos.

L'OM a un peu monté son niveau en seconde période, mais le milieu de l'ASM, emmené par un exceptionnel Toulalan, un très bon Moutinho et un Kondogbia qui a certainement réalisé sa meilleure prestation sous le maillot monégasque, a trop largement dominé la rencontre. Et puis Valère Germain, quasiment pas utilisé depuis le début de la saison, a su saisir sa chance. Quant à Rivière, chaque fois que Ranieri lui fait confiance, il marque.

Monaco revient donc à trois points du PSG, avant un match peut-être compliqué à Lorient. De son côté, Paris aura peut-être aussi un match compliqué face à une équipe de Bordeaux qui sera certainement très défensive au Parc. On va voir ce que ça va donner, mais j'ai déjà hâte d'assister au Monaco-PSG du 9 février prochain, avec notamment l'affrontement entre les deux milieux de terrain qui promet d'être du niveau Ligue des Champions.


Pierrot