Monaco en bonne souffrance
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Malgré un match assez timide, l’ASM l’a emporté à Angers et conserve son avance sur Nice, vainqueur à Lille vendredi. Deux victoires qui mettent la pression sur le PSG. Dans le bas de tableau, tout est relancé à six journées de la fin.

Le principal enseignement à retenir des sept premiers matchs de cette 32e journée de Ligue 1, c’est que deux des trois premiers n’ont rien lâché. Nice s’est imposé à Lille grâce aux deux premiers buts à l’extérieur cette saison de Balotelli, dont le premier - une volée croisée du plat du pied - est absolument remarquable. Les Aiglons m’épatent de plus en plus. Je pensais que les blessures successives de Plea et Cyprien allaient les freiner. Il n’en est rien.

L’équipe de Favre continue d’avancer, toujours avec le même style de jeu, et ça marche. Alors il faut aussi reconnaître qu’ils ont joué une équipe de Lille quasiment incapable de marquer un but, ce qui aide. Honnêtement, sans un copieux recrutement de joueurs un peu plus confirmés et un peu plus sérieux, il faudra que Bielsa soit un sacré magicien pour arriver à transformer cette équipe d’une rare médiocrité en une machine de guerre capable de jouer les premiers rôles. 

Dans l’après-midi, le leader a gagné à Angers un match qu’il n’aurait jamais dû gagner. La faute au manque de réalisme des Angevins, qui ont été très bons en première période, en jouant très bien les contres et en essayant toujours de sortir le ballon intelligemment. Mais ils n’ont pas été efficaces dans le dernier geste, que ce soit Ndoye ou Toko-Ekambi. Et puis, sur l’une de leurs rares occasions, les Monégasques ont ouvert le score grâce à Falcao. 

Après ça, il a fallu quelques arrêts prodigieux de Letellier pour que l’ASM ne prenne pas une plus grosse avance. Le SCO aurait aussi pu revenir au score mais la reprise à bout portant de Traoré en fin de match a fini sur le poteau. Il suffit de voir comment les Monégasques ont fêté cette courte victoire pour s’apercevoir qu’on vient peut-être de vivre un moment important dans la lutte pour le titre. Avec la victoire de Nice, le PSG n’aura pas le droit de se rater dimanche.

Mangés comme des cadets

Et puis en soirée on a vécu ce qu’on appelle communément dans le vocabulaire sportif une « révolte des mal classés ». Une appellation pleinement justifiée pour le coup, puisque les trois derniers du classement avant cette journée l’ont emporté. Nancy a explosé avec une facilité déconcertante une équipe de Rennes absolument désolante. Les Bretons ont été affligeants dans toutes les lignes et quittent la première partie du tableau. Sur ce qu’ils montrent depuis le début de l’année, c’est tout à fait logique. 

Lorient a signé sa troisième victoire consécutive en l’emportant très largement à Lyon. Pourtant, les Rhodaniens étaient très présents en début de match et ont ouvert le score sur un joli but signé Tolisso. Mais le problème de l’OL, on l’a évoqué suffisamment de fois cette saison, c’est cette défense d’une incroyable porosité. Ce n’est pas possible de se faire jongler comme ça à domicile par une équipe qui avait pris d’énormes tannées face à Paris et Monaco. D’ailleurs, c’est peut-être là qu’on voit ce qui sépare Lyon des deux premiers du classement. 

Sur les trois premiers buts des Merlus, les Lyonnais se font manger comme des cadets. Et puis bon, je ne m’explique pas pourquoi Lacazette n’est entré qu’à l’heure de jeu. Le match face à Besiktas n’a lieu que jeudi, soit dans cinq jours. Je ne pense pas qu’Alex risquait le surmenage. C’est un gros coup d’arrêt pour l’OL et c’est un vrai espoir de maintien pour Lorient, qui était encore lanterne rouge il y a trois semaines et qui se retrouve désormais en position de barragiste, avec d’autres équipes à portée de fusil.

Et parmi elles, il y a Caen, battu à domicile par Montpellier. Dijon est désormais derrière les Merlus après sa défaite à domicile face à Bastia. Les Corses n’y croyaient plus beaucoup mais, avec ce succès, peuvent de nouveau espérer s’en sortir. En bas, on se retrouve désormais avec cinq équipes en quatre points. Enfin, Bordeaux a éparpillé Metz et prend deux points d’avance sur l’OM avant le difficile déplacement des Olympiens à Toulouse tout en revenant à cinq points de Lyon, qui va devoir commencer à regarder dans le rétroviseur.

Pierrot