Monaco à la relance
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Face à une équipe de l'OM toujours aussi faible, les joueurs de la Principauté l'ont emporté sans trembler hier soir. Ils profitent ainsi du nul entre Lyon et Nice pour reprendre la deuxième place au classement. À l'inverse, en sombrant contre Guingamp, Rennes a laissé filer une belle opportunité de se rapprocher.

On va rapidement passer sous silence la victoire pourtant importante de Montpellier à Nantes. Elle a été acquise à l'issue d'un match d'une grande pauvreté. Mais les Héraultais, au vu de leur situation comptable, ont fait ce qu'il fallait pour prendre trois points face à une équipe de Nantes qui a donc signé sa quatrième défaite consécutive. Pour la troisième année d'affilée, ce club s'effondre en fin de saison. Si on sait qu'on est passé de l'amour forcé à l'amour vache entre Michel Der Zakarian et le président Kita, c'est tout de même un peu dommage de voir cette équipe disparaître de la circulation de la sorte. Elle avait montré de bonnes choses pendant la saison mais désormais il n'y a plus d'idée, plus de saveur, plus rien. 

Compte tenu des résultats des autres équipes, on pensait que Rennes avait un bon coup à jouer pour se replacer dans la lutte européenne. Mais les Bretons se sont totalement plantés. Ce n'est quand même pas normal d'être dépendant du rendement d'un gamin qui n'a pas encore 19 ans. Si Dembélé n'est pas dans un grand jour ou s'il est muselé, ça devient compliqué. En mettant Danzé et Armand sur les côtés en défense, Courbis n'a pas fait grand-chose pour aider son équipe. La première mi-temps a été insipide des deux côtés même si on sentait plus de cohérence collective au niveau de l'équipe des Côtes-d'Armor. Rennes a eu sa chance sur deux têtes en début de seconde période. Lössl a fait un bel arrêt sur celle d'André et Jacobsen a sauvé son équipe face à Mexer.

Derrière, d'incroyables faillites défensives ont provoqué la déroute rennaise. Thibault Giresse, très impliqué dans le succès de son équipe, a réussi trois passes décisives. La première sur l'ouverture du score un peu étrange de Diallo, buteur sur un tacle de l'extérieur du pied droit, ce qui n'est quand même pas banal. Giresse a ensuite ridiculisé deux fois Zeffane pour offrir un caviar à Briand, buteur du talon puis à Sankharé, auteur d'une jolie tête. Cette défaite éloigne Rennes de la Ligue des Champions. Le club breton reçoit Monaco dimanche prochain pour le match de la dernière chance, avant de se rendre au Parc des Princes. Sur ce qu'on a vu, une place sur le podium me paraît être un doux rêve. 

Marseille, tristesse infinie

Enfin, c'est peu dire qu'on n'attendait pas des merveilles du Monaco-Marseille prévu en soirée. De ce point de vue, on n'a pas été déçu. La première mi-temps n'a pas été bien passionnante. Toutefois, les Monégasques ont eu une vraie mainmise sur le jeu face à une équipe de Marseille dont on ne sait quasiment plus quoi dire. On n'a même pas été étonné de voir Bernardo Silva - le meilleur joueur sur le terrain - ouvrir le score en début de seconde période d'une très jolie frappe du pied gauche. Idem lorsque Raggi, oublié au second poteau sur un coup de pied arrêté, a marqué en mettant le ballon sous la barre. Les Monégasques ont réalisé une prestation cohérente en réussissant à prendre le jeu à leur compte, ce qui n'est quand même pas toujours leur point fort.

Maintenant, on est obligé de relativiser au vu de la prestation de Marseille. Indigente pour les uns, insultante pour les autres et inquiétante pour tout le monde. Inquiétant, c'est même le mot qu'il faut retenir aujourd'hui pour l'OM. J'ai vraiment très peur pour la fin de saison, surtout si le club fait un nouveau faux pas mercredi en Coupe de France à Sochaux. Les Olympiens n'ont rien, ils sont tétanisés. Entre ceux qui ont clairement démissionné et ceux qui n'ont rien à faire là, le club est au plus mal. Une fois qu'on a dit ça, qui peut-on sauver dans cette équipe ? Mandanda, évidemment, mais il ne peut pas tirer un rideau de fer devant son but à chaque journée. Nkoulou a fait un match tout à fait honorable hier soir. Pour le reste, c'est d'une infinie tristesse.

C'est quand même l'Olympique de Marseille et on attend forcément autre chose, surtout dans une période où le club est censé susciter l'envie de certains repreneurs. Alors évidemment, on m'objectera que quand les Qataris ont racheté le PSG, il y avait tout à refaire. Certes, mais on savait qu'ils arrivaient avec un chéquier quasiment illimité. Ça veut dire qu'aujourd'hui, si on veut une équipe de Marseille capable de lutter pour les places en Ligue des Champions chaque année, il faut des repreneurs avec un budget quasiment illimité. On ne pourra pas se contenter de gens qui vont injecter un peu d'argent dans un club qui va perdre de nombreux joueurs et qui est actuellement à la dérive.

Pierrot