Més que un jugador

Posté par Pierre Ménès le 1 Mai 2019

Après ces demi-finales aller, on peut donc a priori s’attendre à une finale Barcelone-Ajax le 1er juin prochain, à Madrid. Je dis bien « a priori » parce que je pense que la première demie entre Tottenham et l’Ajax n’est pas encore totalement jouée. Si les Néerlandais ont très bien débuté leur match dans le nouveau et fabuleux stade des Spurs, ouvrant le score très rapidement par van de Beek, les Anglais pourtant très affaiblis devant (Kane et Son absents) ont mis une grosse pression sur l’équipe batave, qui a montré moins de talent que d’habitude mais a affiché une plus belle solidité défensive. Cette équipe recèle décidément beaucoup de qualités très différentes.

Mais, si dans cette phase à élimination directe l’Ajax fait toujours de supers résultats à l’extérieur (victoire à Madrid, à Turin et donc à Londres), on remarque également que le champion des Pays-bas n’a jamais gagné à domicile (défaite face au Real, nul devant la Juve). Un élément qui laisse une fenêtre d’espoir aux coéquipiers de Lloris face à la « hype Ajax », que tout le monde souhaite voir atteindre la finale. Si tel est le cas, les joueurs de Ten Hag devraient affronter le Barça, qui s’est imposé un peu moins facilement que le score ne l’indique face à des Reds qui ont fait un bon match, en particulier Salah. 

Malheureusement pour Liverpool, l’attaquant égyptien a gâché une énorme occasion de réduire la marque à 0-3 en frappant de son mauvais pied sur le poteau de Ter Stegen. Le reste du temps, il a posé beaucoup de soucis à la défense barcelonaise, qui peut s’estimer heureuse d’avoir eu dans sa zone Jordi Alba, l’un des meilleurs Catalans hier soir. Evidemment, la prestation de Messi était attendue. En début de match, il était pris au marquage par Fabinho lorsqu’il se trouvait dans l’axe, et quand il dézonait à droite les Anglais lui mettaient systématiquement une prise à deux. Le match s’annonçait compliqué pour le petit Argentin. Sauf que le terme « match compliqué » ne veut rien dire pour lui. 

En première période, Suarez qui a été aussi bon qu’il s’est montré insupportable sur le terrain a ouvert le score en raclant un centre d’Alba. Le second but est merveilleux, avec cette petite passe cachée de Messi pour Sergi Roberto, le ballon qui revient sur Suarez et la reprise du genou du Cannibale qui échoue sur la barre. Avec un flair incroyable, Messi qui avait suivi n’a plus qu’à pousser le ballon dans le but vide. Et puis il y a ce coup-franc qui vient chatouiller la lucarne de Becker… Je pourrais dire qu’il va rentrer dans l’histoire mais il en a marqué tellement dans sa carrière, de coups-francs importants. Encore une fois, entre Ronaldo et Messi, on tient vraiment deux joueurs d’exception. Mais mon coeur ne balance pas entre les deux, je préférerai toujours le Barcelonais parce que CR7 a une dimension athlétique invraisemblable alors que Messi n’est qu’un petit bonhomme.

Au final, Liverpool peut légitimement nourrir une certaine frustration après ce match. Les hommes de Klöpp ont bien joué, mais sont tombés sur un Barça inspiré et réaliste, à l'image de Sergi Roberto qui a commencé arrière droit, a fini au milieu et a eu une participation au jeu assez incroyable, dans toutes les situations. Busquets, que j’adore, me semble un peu en baisse ces derniers temps mais Roberto prend désormais une dimension assez énorme dans cette équipe. Et derrière c'est redevenu très costaud, avec notamment un Piqué en bien meilleure forme que les années précédentes. Pour le moment, tous les voyants sont au vert pour les Blaugranas. 

Pierrot