Memphis prodige
Posté par Pierre Ménès le 10 Novembre 2018

Cette 13e journée a commencé avec le match nul entre Lille et Strasbourg vendredi. Un match entre la 3e et la 4e attaque du championnat qui s’est donc soldé par un 0-0. On va la faire courte : c’était une attaque-défense. Les Alsaciens n’ont fait que défendre, comme Lille l’avait d’ailleurs fait au Parc. Parfois, ce n’est pas une volonté délibérée mais simplement l’adversaire qui t’accule à jouer comme ça. C'est un bon résultat de plus pour le Racing qui fait un début de saison intéressant et qui peut se vanter d’avoir fait un fameux coup en recrutant le gardien belge Matz Sels, qui est sans doute l’un des meilleurs portiers de notre championnat. Je ne pense que les Alsaciens avaient planifié d’aller chercher un point à Lille, c’est donc du bonus. Pour le LOSC, c’est un petit coup d’arrêt même si dans le contenu, le match des hommes de Galtier était plutôt convaincant. 

Beaucoup plus convaincant que celui des Lyonnais, qui l’ont emporté chez des Guingampais moribonds après une première mi-temps absolument horrible à l’issue de laquelle ils étaient menés 1-0 sur un superbe coup de tête de Thuram. Pendant 45 minutes, les joueurs de Génésio n’ont pas aligné deux passes, il n’y avait aucune envie, aucune abnégation. Rien, le néant absolu. Ce qui a sauvé l’OL de la catastrophe, c’est Memphis Depay, auteur de deux buts et deux passes décisives en un peu plus de vingt minutes après le repos.

Le Néerlandais a d’abord décalé plein axe Aouar, dont le tir a fait mouche, avant de rentrer une frappe enroulée dans le petit filet, de délivrer un coup-franc sensationnel dans la lunette et d’offrir un caviar à Cornet. Maintenant, encore une fois sur ce match ce sont les individualités - une seule pour le coup - qui masquent les insuffisances chroniques de cette équipe. Mais on peut être sûr que Jean-Michel Aulas s’en contentera largement...

Conditions baroques à Nîmes

Et puis on a eu un samedi soir tendu, avec pour commencer la victoire d’Amiens à Toulouse. Les Violets ont fait preuve d’un manque d’imagination offensive criant et, de surcroît, se sont vu refuser un but et deux penalties par la VAR. Trois bonnes décisions à mon sens. Le Téfécé a bu le calice jusqu’à la lie puisque l’auteur du but décisif, Alexis Blin, est prêté à Amiens par… Toulouse. C’est un petit hold-up compte tenu de la domination toulousaine - surtout en fin de match - mais bon, quand tu n’es pas capable de marquer, tu t’exposes à ce genre de déconvenues. 

Angers a battu Montpellier en faisant du Angers dans le texte. Du Angers comme on le voyait très souvent la première saison de son retour en Ligue 1 : très rigoureux, très sérieux et très efficace sur coups de pied arrêtés. Le SCO a marqué le seul but du match sur corner, avec une tête de Thomas au premier poteau alors que la défense héraultaise, pour une fois, n’était pas en place. Comme pour Lille, on ne peut pas demander aux Montpelliérains de gagner tous les matchs. 

Nice a une nouvelle fois gagné à l’extérieur - cela devient une spécialité - en s’imposant à Nîmes dans des conditions assez baroques. Au repos, les Crocos étaient déjà réduits à neuf, suite à deux expulsions. Celle de Mouassa pour deux cartons jaunes récoltés en moins de dix minutes et celle de Landre pour un tacle horrible sur Atal qui devrait lui valoir de rester au chaud pendant quelques matchs. A neuf contre onze, les Gardois n’ont jamais renoncé, on peut leur reconnaître ce mérite. Et Bernardoni a tout arrêté, sauf une volée d’Atal légèrement détournée qui a suffi au bonheur des joueurs de Vieira. Enfin, Sainté a battu Reims à Geoffroy-Guichard, le talent et le réalisme offensifs se trouvant plus côté stéphanois que rémois. C’est cela qui a fait la différence dans ce match.

Pierrot