Marseille nouveau dauphin
Posté par Pierre Ménès le 16 Septembre 2018

Ce dimanche après-midi a été contrasté avec un match sinistre et un autre complètement débridé. À Nantes, on se serait cru revenu à la pire époque de Ranieri. Alors moi je veux bien que Cardoso veuille repartir proprement depuis le gardien. La vraie question c’est : a-t-il des joueurs d’une qualité technique suffisante pour jouer comme il en a envie. Permettez-moi d’en douter. Les Rémois eux, sans cadrer une frappe du match ont été solides et prennent un bon point à l’extérieur. Mais sur cette journée, ce Nantes-Reims rivalise de médiocrité avec le Montpellier-Strasbourg de la veille. 

Ça n’a pas été la même chanson à Bordeaux où les Nîmois se sont encore montré épatants avec leur jeu offensif. Cette équipe fait un peu penser à Dijon, qui a obtenu le maintien ces deux dernières années grâce à son attaque et pas du tout sa défense. Les Gardois ont d’ailleurs la troisième attaque et l’avant-dernière défense du championnat. Dans ce match très curieux, les Girondins ont ouvert le score sur un but tout en finesse de Briand. Mais Bordeaux a toujours du mal à proposer un fond de jeu et avoir une défense cohérente et s’est incliné deux fois avant le repos. Sur un but de Guillaume bien servi par Bozok puis sur un coup-franc magnifique de Bobichon. 

À la reprise, ce match renversant a de nouveau basculé avec deux buts bordelais en deux minutes, avec le but du doublé pour Briand puis une jolie frappe de Kalu. Mais il était écrit que cette rencontre n’en resterait pas là et sur un mauvais alignement de la défense girondine, Bozok a ouvert son compteur en Ligue 1 et permis aux Crocos d’obtenir un match nul mérité et logique, tant sur l’impression visuelle que dans les stats. Un bon point pour Nîmes et un mauvais pour Bordeaux, qui continue à faire du surplace.

Première semaine compliquée

En soirée, on a vu Marseille devenir le nouveau dauphin du PSG en faisant à peu près le même match que le PSG face à Saint-Etienne au Parc, avec notamment une première mi-temps d’une grande médiocrité. Mais quand tu arrives à la pause avec 70% de possession de balle, cela signifie que ton adversaire n’a fait que courir après. Du coup, dès que tu ouvres le score, il lâche physiquement et explose en vol. C’est ce qui passé pour Saint-Etienne et pour Guingamp.

Une tête lobée de Thauvin, une volée plongeante de Payet, la « Spéciale Thauvin » et un but plein de sang-froid de Mitroglou une nouvelle fois magnifiquement servi par Payet ont scellé le sort de ce match. Comme je l’ai dit au CFC, si la responsabilité de Johnsson n’est directement engagée sur aucun des quatre buts, je pense qu’un gardien de haut niveau n’en prend qu’un sur les trois premiers.

La situation devient tout de même très inquiétante pour Guingamp, qui reçoit Bordeaux dimanche prochain. Quant aux Olympiens, ils ont préparé au mieux leur première semaine compliquée de la saison, avec ce match à huis clos au Vélodrome face à Francfort en Ligue Europa - pas de la tarte - et un déplacement dimanche au Groupama Stadium pour y affronter un OL assez mal en point et qui va jouer beaucoup sur ce match. 

Pierrot