Marseille et Lyon font la bonne affaire
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Pour voir du foot, il fallait être à Lyon dimanche. Même si l'info du jour est que l'OM recolle au PSG en tête du classement...

Compte tenu de la défaite du PSG samedi, on attendait de voir si l'OM et l'OL allaient en profiter dimanche pour revenir sur les Parisiens au classement. Ils l'ont fait. L'un brillamment, l'autre un peu moins. L'autre, c'est Marseille. Mais bon, compte tenu des dernières sorties phocéennes, ce résultat est déjà très positif. Alors c'est vrai que les Marseillais ont eu la chance de tomber sur une équipe d'Ajaccio que j'avais vue plus inspirée ces derniers temps.

Les Corses avaient visiblement dans l'idée de passer par-dessus la défense olympienne. Pourquoi pas... Mais quand tu es pris 13 fois en position de hors-jeu dans le match, ça devient compliqué. Les meilleures occasions ont pourtant été ajacciennes, mais à chaque fois Mandanda a été très bon, notamment sur le coup-franc vicieux de Mutu. Ensuite, Valbuena a fait le reste en étant d'abord à l'origine du but d'Andre Ayew, sur lequel Ochoa est beaucoup trop hésitant sur sa sortie.

Et puis en délivrant une super passe décisive pour Jordan Ayew, qui a joliment évité Poulard avant de marquer un vrai but d'avant-centre. Dans le jeu, ce n'était pas l'extase, avec notamment une première mi-temps d'une rare faiblesse, mais encore une fois ce succès permet à l'OM de prendre des points, de recoller à la tête du classement et surtout de casser une spirale sacrément négative.

On reparlera de Gourcuff

Le spectacle, c'était à Gerland qu'il fallait aller le chercher. Pour deux raisons : parce que Lyon en propose pas mal cette saison, mais aussi parce que Bastia n'a pas fermé le jeu. Il y a dans le jeu des Corses quelque chose de vraiment attachant avec des mecs qui jouent au ballon, comme le jeune et très prometteur Thauvin, comme Kazri ou encore Rothen - toujours aussi utile celui-là - et c'est assez logique que les hommes de Frédéric Hantz soient revenus de 0-2 à 2-2, en profitant des errances de la défense rhodanienne, à commencer par Gonalons qui a inhabituellement donné beaucoup de ballons à l'adversaire.

Maintenant, comme je l'ai dit au CFC, je ne vois comment on peut espérer se maintenir avec un gardien du nouveau de Novaes. Il est tout le temps à genou, et la manière dont il encaisse le but de Lacazette, sans angle et avec rebond, est proprement ahurissante. Quand on a une défense faiblarde, c'est en général l'occasion de briller et de faire des cabrioles dans tous les sens pour beaucoup de gardiens. Lui, non. En voilà un clairement trop faible pour la Ligue 1.

Il n'en demeure pas moins qu'on a vu une équipe lyonnaise encore très joueuse, avec un très bon retour de Yoann Gourcuff, qui a fait beaucoup de bonnes choses, qui est l'origine du premier but, a envoyé une frappe monstrueuse sur la barre et aurait aussi pu marquer en seconde période. Il avait bien commencé la saison avant de se blesser au genou et ses deux dernières prestations sur des terrains difficiles, ainsi que son sourire sur le terrain, me laissent penser qu'on reparlera peut-être de lui cette saison.

Et puis, comme prévu hélas, on a eu droit à la purge du soir entre une équipe de Bordeaux qui n'attaque jamais très franchement même à domicile, et une équipe toulousaine qui n'attaque pas du tout. Pourtant, on avait noté de vrais progrès dans le jeu chez les Toulousains depuis quelques matchs, progrès symbolisés par la réussite du jeune Ben Yedder. Du coup, je ne comprends pas ce qu'a voulu faire Casanova.

Gouffran et les briques

Compte tenu des autres résultats, Toulouse restait quoi qu'il arrive 4e en cas de défaite. Ce match à Bordeaux était donc un vrai match bonus. D'une, il pouvait offrir la première place du classement au Téfécé. De deux, il pouvait valider cette métamorphose offensive et casser une bonne fois pour toutes cette image d'équipe défensive à outrance. Eh ben non ! On a de nouveau eu droit au Téfécé frileux à souhait des saisons précédentes.

Pas de prise de risque, aucun coaching offensif, rien. Rien pour essayer d'aller chercher la victoire face à des Girondins pourtant pas bien fiers dans le jeu, eux non plus. Finalement, le match a basculé sur le seul moment de football de la seconde période, avec cette jolie passe de Plasil pour un but tout en spontanéité de Gouffran. Un Gouffran qui a bien du mérite à se battre tout seul devant avec des briques…

Au final, ni les Girondins ni les Toulousains n'ont donné une bonne image du foot. Des duels, du muscle, des ballons balancés devant : voilà tout ce à quoi on a eu droit. C'était presque du rugby. Remarquez, entre Bordeaux et Toulouse, tout ça est assez logique… Mais je suis désolé, en tant que téléspectateur, ça m'ennuie à mourir. Sur ce coup-là, les Bordelais peuvent se réjouir du résultat. Il n'en reste pas moins que c'était une très triste soirée de football…

Espérons voir plus de jeu cette semaine avec la Ligue des Champions et l'Europa League…

Pierrot